Wolf's Rain,forum RPG. Suivez la trace de Kiba, Toboe, Hige et Tsume afin d'échapper aux guerres, de survivre et peut être même retrouver ... Le Rakuen.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 20

MessageSujet: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Dim 6 Mai - 22:52

  • Et me revoilà dans une nouvelle fanfiction ! Celle-ci sera sur Harry Potter. Je vous préviens, nous sommes deux à écrire cette histoire, mais je remodèlerai légèrement celle-ci à ma façon. Donc mon amie, Cloé, se fait plutôt représenter par le personnage de Feligan, et moi par Even. n_n
    INFOS :
    Catégorie : Pendant Poudlard, à l'époque d'Harry.
    Genre : Romance/Amour, action.
    Warnings : Lemon soft. (ce qui veut dire qu'il y aura un peu de trucs indécents, mais pas trop, puis pas avant longtemps)
    Le chapitre 1 est très court mais servira juste à planter le décor ! Bonne lecture ! ♥


Résumé : Alors que la guerre est fini, Poudlard change de direction.Cette année, les élèves âgés de plus de dix sept ans peuvent revenir étudier dans une section universitaire. Cependant l'années dernière ayant été trouble, les huitième années passeront leurs ASPIC. Harry, Hermione et Ron sont de retour, mais pas seul, les Serpentard, Serdaigle et Poustouffle aussi.Deux nouvelles déconcertantes les ont rejoint. Maintenant que tous dangers est écartés pourront-ils enfin vivre leur adolescence ?

  • CHAPTER 1 : Un illustre départ.


Assis dans le compartiment du fond, Harry, Hermione, Ron discutaient, jamais ils n’avaient pensé qu’ils pourraient retourner dans le Poudlard Express, mais les évènements avaient pris une tournure différente. Après la guerre, pour tous se fut dur de prendre un nouveau départ. En pensant à cela, la nouvelle directrice McGonagall eut une idée, les jeunes sorciers n’avaient pas eus le temps d’apprendre ce qu’ils leur étaient obligatoire pour se lancer dans la vie adulte. Elle qui était très à cheval sur le règlement, décida que Poudlard tournerait la page. Poudlard accueillerait en effet les jeunes de onze ans, mais s’ils le désirent, les sorciers ayant atteints la majorité, pourraient rester étudier dans une nouvelle section pour approfondir leurs connaissances. Grand nombre des élèves étaient retournés à Poudlard, et elle fut heureuse de voir que l’idée enchantait tout le monde. Lorsqu’Harry avait appris la nouvelle, il avait envoyé à Ron et Hermione un hibou Express, pour leur annoncer que tant que Poudlard voudrait de lui, il y retournerait. Ses deux fidèles amis n’avaient pas eu besoin de réfléchir à deux fois pour le suivre dans sa démarche. Après avoir discuté de ce qu’ils avaient fait pendant la période des vacances, Ron demanda :

- Alors qui reviendra, à votre avis ?

Ils n’eurent pas le temps de répondre que la porte du compartiment s’ouvrit, et le visage lunaire de Neville Londubat apparut. Avant de pouvoir saluer leur ami, une chevelure flamboyante aux reflets rouges, prit place à coté d’Harry. Toute souriante, Ginny claqua une bise sur les joues de son ex amant et invita Neville à s’asseoir sur la banquette. Le jeune garçon déposa ses bagages et les rejoignit.

- Vous ne savez pas qui j’ai croisé en venant ici, c’est abusé que Poudlard reprenne les Mangemorts, Malefoy, Pansy et Blaise ont bien rit en voyant ma réaction, s’emporta Ginny.
- Quoi ? Ces sales Serpentard sont de retour, comment McGonagall peut tolérer ça après qu’ils aient ouvertement montré de quel coté ils étaient pendant la guerre, renchérit Harry
- Je n’en sais rien, mais on sait juste que les Malefoy ont fui Voldemort et même si les Parkinson et les Zabini ne portent pas la marque, ils ont eu des affinités avec des Mangemorts. Ils ne méritent pas de revenir, dit Hermione
- Ouais, ce sont des sales petits c… commença Ron

La porte s’ouvrit avant que Ron put finir son insulte, les cheveux emmêlés de Luna apparurent, elle portait son habituel collier en bouchon de Bièraubeurre. Elle avait revêtu sa robe noire à l’effigie de l’aigle de sa maison. Derrière elle, une jeune fille aux cheveux châtains-cuivrés fit son apparition. Son visage fin était encadré d’une frange parfaitement lisse, comme le reste de sa longue chevelure. Ses yeux, qui possédaient une couleur étrange virait dans les tons bordeaux, les toisaient discrètement. Elle portait le même costume que la blonde, celui de Serdaigle.

- Bonjour tout le monde, cria à moitié Luna.
Sa perpétuelle excitation amusait les autres qui sourirent en l’apercevant.
- Bonjour Luna, répondit d’une voix douce Harry.

Tout le monde questionna du regard la nouvelle venue, insistants pour qu’elle présente sa camarade restée en retrait. Comprenant ce qu’ils attendaient, elle entra et attrapa le bras de la fille par la même occasion. La blonde regarda avec un large sourire son amie qui se sentit rougir devant le lourd silence qui était tombé dans le compartiment.

- Je vous présente Even Dewey de la maison de Serdaigle. Elle est arrivée l’année dernière mais ses parents l’ont retiré à cause de la guerre mais je les soupçonne d’avoir eu peur qu’elle attrape des Joncheruines.
- Ravi de te connaître Even, moi c’est Harry. Dit il, en évitant la dernière remarque de Luna

Les autres se nommèrent à leur tour, et Even fut bien vite intégrée à la bande malgré le fait qu’elle parlait peu. Très peu. Ron affichait un sourire stupide et béat depuis son arrivée. Hermione qui s’aperçut rapidement de son petit manège ne put s’empêcher de lui donner un coup de coude dans les côtes et il dut réprimander un cri de douleur. C’est alors qu’une main se plaqua contre son crâne et ébouriffa ses cheveux roux. Il se couvrit la tête pour se protéger et lança un regard furieux à l’auteur de ce geste. C’était son grand frère Fred. Normalement toujours accompagné de son jumeaux, George, ce dernier avait dut arrêter ses études pour continuer à gérer leur boutique de farces et attrapes.

- Salut tout le monde… Salut p’tit frère ! dit il alors que Ron lui criait une injure en repoussant son attaque. Je suis de retour, je dois passer mes ASPIC de potion, pour pouvoir inventer de nouvelle chose. Du coup, cette année je serais dans la même classe que vous, tu es heureux, n’est ce pas mon petit Ronaldouchet !

Ron vira au rouge, et baissa les yeux, alors que sa petite amie avait esquissé un sourire au surnom donné par Fred. Après avoir discuté de tout et de rien, tous s’habillèrent en uniformes. Le train s’arrêta dans un bruit strident, et une voix bourrue venant de l’extérieur du train, annonça qu’ils devaient descendre. En sortant, Harry sourit au garde-chasse, et Hermione et Ron allèrent le saluer. Fred et Ginny rejoignirent Lee Jordan qui était revenu exprès pour voir un de ses anciens acolytes. Alors qu’Even, Luna et Neville, montèrent dans une diligence et prirent la direction du château dans la pénombre environnante.

_________________
Les 10 commandements:
 



Dernière édition par Okami le Mar 8 Mai - 1:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfs-rain.forumactif.org
Admin
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Dim 6 Mai - 23:37

  • Je peux pas attendre plus longtemps, alors je poste le deuxième. En faite ça m'étonnerait pas de poster le troisième aussi ce soir. x)
    Celui-là est un peu plus long. Pour ceux qui aurait des question sur le vocabulaire de Harry Potter, dîtes moi si vous voulez un lexique. n_n


    CHAPTER 2 : Pureté, Regret, et Désir de nuire.

Lorsque la répartition des élèves dans les maison commença, tout le monde se retourna vers la foule de premières années, où une tête blonde dépassait de vingt bons centimètres. Tout le monde pensa qu’elle était sûrement plus vieille. Lorsque les noms furent prononcés, quelques jeunes élèves passèrent sous le Choipeau Magique qui les répartissait dans les différentes maisons. Puis McGonagall prononça un nom qui fit se taire toute l’assemblée.

- Blood, Feligan.
- Excusez-moi mais cela ne se prononce pas comme ça, dit la tête blonde avec un fort accent français, ça se prononce Feliganeu
.

McGonagall acquiesça pour montrer qu’elle avait compris, et la jeune fille s’avança vers le Choipeau. Traversant la salle, tous les regards se tournèrent vers elle, et pour cause, elle était très différentes des filles de Poudlard, ses longs cheveux blonds se terminaient en ondulations rose barbapapa. Elle avait de grands yeux gris, et était grande et mince, pourtant elle était tout à fait bien formé. Son mètre soixante dix la faisait paraitre gigantesque par rapport aux enfants qui étaient à ses cotés. D’ailleurs, Feligan n’avait plus rien d’une enfant, mais pas tout à fait d’une adulte. Les garçons de toutes les tables, n’espéraient qu’une chose, qu’elle soit envoyée dans leur maison. Tous les garçons la détaillaient des pieds à la tête, seul les garçons de Serpentard s’intéressaient à autre chose que à son physique : la pureté de son sang. Le Choipeau fut posé sur la tête de Feligan, et il lui demanda :

- Une tête si vieille et que je ne connais pas, qui es tu ?
- J’étais à Beaux-Bâtons, mais j’ai du déménager en Angleterre, on m’a dit que Poudlard serait ravis de m’accueillir malgré le fait que j’ai redoublé.
- Bien, bien… Je vois dans ta tête un fort caractère, et une insolence incomparable. Mais je peux aussi sentir l’intelligence dont tu fais preuves, et l’envie de t’abreuver de savoir, n’importe lequel, d’ailleurs. Où vais-je donc t’envoyer ? Je pense que tu serais bien à Serpentard, mais peut être n’es tu pas assez dans les rangs pour y aller. ça y ait, j’ai choisi, cela sera SERDAIGLE !


Un tonnerre d’applaudissements fusa de la table à l’aigle. Elle alla s’asseoir à côté d’Even, qui n’osait pas trop lui parler, elle lui souhaita comme même un chaleureux « bienvenue » que Luna renchéri en vantant les qualités de la maison auquel Feligan appartenait désormais. Elle tourna la tête vers la table des Serpentard, et fut ravis de voir qu’elle semblait moins accueillante que celle où elle était assise. McGonagall s’avança devant le pupitre, sortit un bout de parchemin et ouvrit ses fines et sévères lèvres :

- Chers élèves, bonsoir. Maintenant que vos ventres sont pleins à craquer, je souhaite vous présenter les nouveaux membres du professorat. Nous avons donc le plaisir de voir de nouveau le professeur Lupin qui se chargera cette fois si de l’apprentissage des sortilèges. Je vous présente aussi le professeur Black, qui vous enseignera la défense contre les forces du mal, grâce à sa très riche expérience personnelle. Et pour la première fois dans toute l’histoire de Poudlard, nous auront un Moldu, pardon une personne non-dotée de pouvoirs magique parmi nos enseignants, qui se chargera de l’étude des Moldu, vu qu’elle connait si bien le sujet. Je vous présente Mme Melson. J’ai oublié de préciser, que le professeur Black va avoir pour une durée indéterminée un stagiaire qui apprendra les ficelles du métier, et vous aidera si vous avez du mal, je n’ai pas besoin de vous le présenter, vous le connaissez déjà pour l’avoir vu concourir au Tournois des trois Sorciers ; Viktor Krum. Je compte sur vous pour les accueillir chaleureusement. Je dois aussi vous rappeler, qu’il est interdit d’aller dans la forêt interdite sans l’accompagnement d’un professeur, même si vous avez la majorité. D’ailleurs, à ce propos, les élèves majeurs n’auront pas de couvre feu, mais seront obligatoirement dans leurs dortoirs à partir de minuit. Il est interdit d’aller dormir dans un autre dortoir que celui de sa maison sauf avec accord d’un professeur. Sur ce, je vais appeler les huit nouveaux préfets en chef, qui viendront me voir à la fin du repas ; pour Griffondor ce sera Ginevra Weasley et Dean Tomas, pour Serpentard cela sera Pansy Parkinson et Drago Malefoy, pour Serdaigle, Feligan Blood et Michael Corner et pour Poustouffle Cédric Diggory et Susan Bones. Merci de votre attention, et bonne année.

Ginny fut ravie d’être nommée préfet et elle n’arrêta pas de se moquer d’Hermione qui boudait de ne pas avoir été choisie. Ron avait passé ses bras autour d’elle pour la consoler, mais elle gardait les yeux fixés vers le stagiaire qui était assis à coté de Sirius. A la table des Serpentard, Malefoy se ventait d’avoir été choisi, et disait à quiconque voulait l’entendre que si il ne faisait pas attention, il pourrait lui donner des heures de retenues. Cédric Diggory discutait avec Susan Bones sur les nouvelles règles qu’il voulait instaurer, et elle faisait semblant d’écouter ce qu’il disait alors qu’elle plongeait ses yeux dans celui de son homologue. Pendant ce temps à la table des Serdaigle, Feligan pouvait enfin se détendre, on venait de lui donner ce pourquoi elle était doué, le pouvoir. Et elle pouvait voir autour d’elle la tête de nombre de prétendant qu’elle pourrait s’approprier, car son deuxième talent était sûrement la séduction. Elle se leva et se dirigea vers McGonagall qui était déjà à côté de ses homologues.
Elle se plaça face a McGonagall, et attendit ses instructions, mais au lieu de leur parler, elle leur demanda de la suivre. Elle se dirigea vers la tour d’astronomie, puis bifurqua dans une allée où n’étaient jamais venus aucuns des élèves présents. Tout au fond, deux portes étaient là, l’une noire et l’autre blanche. McGonagall se tourna enfin vers eux.

- Voilà donc vos appartements privés, comme vous pouvez le voir, il y en a deux, j’ai déjà réparti chaque élèves dans chacun des dortoirs, je vais vous donner le mot de passe, et il sera interdit de le communiquer a qui que ce soit, si vous voulez que quelqu’un vous rejoignent dans la salle, allez le chercher devant, personne doit connaitre votre mot de passe. La salle noire, logera Ginevra, Cédric, Feligan et Drago, quant à la blanche elle accueillera Susan, Dean, Pansy, et Michael. Vous avez une salle de bain dans chaque appartement, elles sont mixte je vous demanderais donc de vous organiser. Je viens avec vous les « Blancs » pour vous présenter votre appartement. Restez ici les autres.

Ils disparurent tous par la porte blanche. Personne n’osait parler, mais Ginny esquissa un grand sourire à l’adresse de Feligan, qui lui rendit. Après ce bref échange, Drago regarda chacun de ses nouveaux colocataires. Il fit un bref signe de tête à Cédric, ne daigna pas regarder Ginny, puis se tourna vers l’alléchante Feligan. Il la déshabillait du regard, et lorsqu’elle s’en aperçu, elle lui jeta un regard si noir, qu’il fut étonné qu’elle ne soit pas gênée, mais en colère. La porte Blanche s’ouvrit et McGonagall en sortie.

- Bien, venez maintenant, le mot de passe est « Whisky Pur-Feu ».

Les élèves rentrèrent dans la salle, et fut surpris de voir qu’elle débordait de couleurs. Tous pensaient qu’elle serait sombre et froide comme sa porte. Un petit salon avait été aménagé, sur la droite une bibliothèque, et derrière le canapé, un mini frigo était posé.
Tout au fond de la salle, régnaient cinq portes. Chacune ouvrait sur une chambre aux couleurs différentes. McGonagall leur expliqua qu’ils avaient le choix et qu’il devait négocier entre eux, que cela serait leur première décision commune. Elle sortie de la pièce en leur souhaitant une bonne nuit. Drago s’assit sur le canapé suivit de Cédric, quant à Ginny et Feligan, elles se posèrent sur les fauteuils. Feligan prit la parole :

- Bon, il y a donc une chambre très fifille, une sportif, une style Bobo Rock, et la dernière au couleur de Serpentard, dit elle en sifflant se dernier nom entre ces dents. Je crois ne pas me tromper en disant que Cédric, tu permets que je t’appelle Cédric, dit elle sans prendre le temps d’écouter sa réponse, doit prendre celle du sportif, tu es bien battit, et je ne te vois pas dans les autres, Ginevra…
- Appelle moi Ginny, j’ai horreur de ce nom, et si cela ne te gène pas, j’aimerai prendre la chambre pastel,
dit Ginny.
- C’est ce que j’allais dire, donc Ginny prend la fifille, toi Malefoy…
- Pourquoi tu appelles les autres par leurs prénoms et pas moi, Blood ?
demanda Malefoy avec son air de supériorité
- …Tu prendras celle Serpentard, continua t-elle si bien qu’on aurait pu penser qu’on ne l’avait pas coupé mais le regard noir qu’elle lui jeta lui prouvait bien le contraire. Il n’y a aucune négociation pour que cela change, je ne peux pas dormir sous les couleurs d’un mec de ce style là. Je prendrais donc la Bobo Rock. Cela vous va ? On va dire que oui, sur ce bonne nuit.

Feligan se leva, claqua une bise sur la joue de Ginny qui lui fit un énorme sourire. Elle s’engagea vers le chemin menant à sa chambre, quand Malefoy la retint par le poignet. Il la jaugea du regard puis lui demanda sans aucune délicatesse :

- Tu es pure ?
- Cela dépend pour quoi,
lui dit-elle avec un air faussement innocent.

Elle se dégagea de l’emprise de Malefoy, et parti dans sa chambre où elle prit bien le soin de claquer la porte, laissant Malefoy complètement bouche bée.

***

Cachée derrière un livre, Hermione regardait Viktor Krum parler plus loin à son nouveau tuteur. Elle se sentit rougir légèrement en pensant à lui, son compagnon pendant la Coupe de Feu qui avait eu lieu quatre ans auparavant. Elle croisa le regard de Viktor, qui lui adressa un sourire, elle baissa les yeux, comme honteuse, et reporta son attention sur son petit ami. Elle fit semblant d’écouter la conversation que Harry et lui entretenait, mais ses pensées filaient droit sur la table des professeurs. Puis Harry et Ron se levèrent, et ensemble se dirigèrent vers la grande porte. Au passage ils souhaitèrent une bonne nuit à Luna et Even qui conversait avec intérêt sur les Botrucs. Ils marchèrent jusqu’au portrait de la Grosse Dame, qui les laissa passer lorsqu’ils prononcèrent le mot de passe. Ils s’assirent dans le canapé près du feu, et Hermione engagea la conversation :

- Alors Harry comment ça se passe avec Ginny ? demanda t’elle
- Comment veux-tu que ça se passe ? On a repris notre relation amicale, comme s’il n’y avait jamais eu… Ben vous voyez, répondit il, neutre.
- Oui, peut être que maintenant, tu peux te concentrer sur autre chose, tes études par exemple, dit Hermione avec un sourire qui sonnait faux.
- Rho, Hermione, tu ne veux pas le lâcher avec ça, par contre toi, dit Ron en montrant Harry du menton, la prochaine fois que tu fais du mal à ma sœur, je te pète les…
- RON ! coupa Hermione, ne menace pas Harry, c’était un choix commun, il n’est donc pas le seul fautif dans l’histoire.

Harry remercia Hermione d’avoir pris sa défense, puis monta dans le dortoir pour aller dormir. Il n’y avait plus beaucoup de monde dans la salle commune, Ron en profita pour se rapprocher d’Hermione. Il l’a pris dans ses bras, et l’embrassa langoureusement. Hermione rendit son baiser, mais l’image de Krum vint la hanter, elle interrompit son baiser, trouva une excuse correcte, et se retira dans son dortoir. Ron monta se coucher, en râlant intérieurement d’avoir eu si peu de contact avec sa petite ami depuis leurs retrouvailles. Parallèlement, Hermione se déshabilla et s’allongea dans son petit lit, elle n’arrivait pas à ne pas penser à Viktor Krum, le beau ténébreux, qui était maintenant son professeur, enfin presque. Elle se rappela toutes les fois où, quatre ans plus tôt, ils se donnaient des rendez vous près du bateaux de Durmstrang, et où ils passaient des heures à s’embrasser. Elle chassa ses idées de sa tête, elle était avec Ron maintenant, et puis Viktor était membre du professorat. Elle s’endormit cependant avec son image en tête. Quant à Harry, il était allongé dans son lit, mais ne trouvait pas le sommeil. Il n’arrêtait pas de penser à la nouvelle, elle était débordante de joie de vivre, et c’est ce qu’il lui fallait après tout ce qu’il avait vécu. Even ne resterait pas longtemps célibataire, si elle était aussi belle à l’intérieur qu’à l’extérieur. Demain, ils avaient cour de défense contre les forces du mal, toute maison confondue. Il pourrait se mettre à coté de la très belle jeune femme. Il pensa tout à coup, que demain était aussi le premier cours que son parrain donnait. Il ne savait pas s’il était très qualifié pour ce poste, mais Harry se réjouissait de pouvoir voir Sirius tout les jours.

***

Pendant ce temps, Luna et Even montèrent dans la tour de Serdaigle, en compagnie de Cho. Elles passèrent une lourde porte en bois et débouchèrent dans une grande salle circulaire. Les murs étaient tapissés de longs drapeaux aux couleurs de la maison, bleu et bronze. Even jeta un regard par une des larges fenêtres, profitant de la magnifique vue qui s’offrait à elle. Cho et Luna s’installèrent à une table, vite rejoignis par la jeune fille. Luna tournait la tête dans les sens en s’agitant sur sa chaise, s’amusant à compter les étoiles peintes au plafond en forme de dôme. Quant à la jeune asiatique, elle observa avec attention Even qui s’assit en face d’elle. Bientôt, un sourire narquois se dessina sur ses fines lèvres.

- Hé, t’as vu comment Blaise te regardait tout à l’heure, au réfectoire, dit celle-ci avec un air pas tout à fait crédule.

Cho était la personne qui se devait d’exister dans chaque école, celle a qui aucun potin ou rumeur ne pouvait échapper. Luna daigna baisser la tête, et la bascula d’avant en arrière pour approuver.

- Oui, moi aussi je l’ai remarqué, renchérit-elle de sa voix imprégnée d’un timbre enfantin, avant de retourner contempler ses faux astres.

Even pencha son joli minois de côté, et haussa un sourcil.

- Euh… Mais qui est Blaise au juste ?
Un peu gênée de ne pas savoir qui il était, ses joues optèrent une légère teinte rosée.
- Mais enfin, le voisin de table de Malefoy, s’écriât-elle en posant rapidement les mains sur la surface abîmée du bureau.

Le regard trahissant son incompréhension, Cho s’exaspéra à moitié.

- Mais tu sais, le beau blond au regard froid à la table des Serpentard, qui est d’ailleurs peu fréquentable…

Even opina enfin de la tête après quelques secondes de réflexion.

- Oui, je vois maintenant, répondit Even.

Affichant un air fière, la brune fit claquer ses paumes l’une contre l’autre. Luna qui avait apparemment fini de compter, s’intéressa soudainement à Cho. C’est yeux bleus pleins de malice, elle demanda :

- Et toi, Cho, comment ça se passe avec Diggory ?
- Cédric ? C’est absolument parfait entre nous, je n’aurai pas pu rêver mieux ! On s’entend à merveille et malgré le léger écart d’âge, on vit une histoire fabuleuse ! Et comme il est plutôt envié par un grand nombre de fille, j’ai vr…


Bientôt Even n’écoutait plus, laissant Cho s’emballer et raconter les prouesses et qualités de son petit ami et Luna qui regardait distraitement une étagère remplit de livres. Elle caressa du bout des doigts la table, sombrant vite dans ses pensées …

***

La salle des professeurs était bondée, les nouveaux membres du professorat se présentaient, les autres écoutaient. Seuls quatre homme ne participaient pas à l’euphorie générale déclenchée par une nouvelle année. Sirius Black et Remus Lupin était assis dans un coin, discutant de cette guerre qui n’avait pas fait, et heureusement, de victimes dans leur entourages. Sirius parlait avec animosité du fait qu’il n’avait pas pu participer à la guerre sur les ordres que Dumbledore lui avait donné avant de mourir. Remus lui pensait à son fils, qui devait dormir paisiblement à cette heure là, et regretta de ne pas être à ses coté. Sirius voyant son mal être demanda :

- Il te manque n’est ce pas ?
- Oui c’est horrible, je me dis que je ne serais pas là lorsqu’il fera ses premiers pas. Ni quand il apprendra à parler, ou à dessiner, ce genre de chose là,
répondit Remus les yeux dans le vide.
- Mais pourquoi as-tu donc accepté ce travail ?
- J’adore ce métier, aider les jeunes sorciers à se développer, c’était déjà mon rêve quand j’étais jeune, souviens toi. Je suis tellement heureux d’être de retour à Poudlard, je sens que c’est vraiment ici qu’est ma place, dans une salle de cour avec une assemblée de jeune sorcier près à apprendre. Et toi Sirius qu’est ce qui t’a donné envie de revenir ?

- C’est bien ce que je me demandais aussi, dit une voix qui n’était pas la bienvenue dans cette discussion.

Sirius regarda le maitre des potions qui se tenait là, satisfait d’avoir pu couper la conversation de ces deux vieux ennemis.

- Je suis venu juste pour te rendre la vie encore plus horrible qu’au temps de nos jeunes années, hein Servilus !
- Mais maintenant que ton sale Potter n’est plus avec toi, oseras tu lever ta baguette ? Tu n’étais que son chien, d’où ton animagus sûrement.


Sirius se leva et fit tomber brusquement sa chaise, il sortit sa baguette très rapidement, et la pointa droit sur Rogue qui avait déjà prévu l’attaque et qui la tenait dans le même sens. Les deux hommes se toisaient de haut en bas, et attendaient le moindre signe de faiblesse de l’autre pour jeter un sort.

- Tu vois que tu n’en aies pas capable ? Tu n’es plus le fort Sirius maintenant, Askaban t’aurai ramolli, ou alors est ce de voir le cadavre de ton pauvre frère Potter.

C’en fut trop pour Sirius, il hurla « Stupéfix » mais un charme de bouclier se plaça entre eux. Rogue et Sirius tournèrent leurs tête vers la personne à l’origine du sort. McGonagall se tenait là, et était visiblement très énervée.

- Mais quels âges avez-vous, par Merlin ? Comment pouvez vous pensez pouvoir apprendre à des jeunes sorciers si vous êtes aussi puériles qu’eux. Bon sang, quand est ce que vous arrêterez cette petite guerre débile, vous êtes des adultes, vous n’êtes plus des gamins, vous ne pouvez pas faire ce qui bon vous semble simplement à cause d’une rancœur de jeunesse. Apprenez à cohabiter ou je serais obligé de vous mettre à la porte. Et maintenant, tout le monde retourne à ces appartement, dit elle à toute l’assemblée qui n’avait pas prononcé un mot, depuis que les baguettes avait été levées.

Sirius lança un regard noir à Rogue, puis quitta la pièce.

_________________
Les 10 commandements:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfs-rain.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Lun 7 Mai - 23:58

Waaah **

j'ai hâte de voir où tu nous emmènes ;)
je veux la suiiiite!!!!!

(cris hystériques)
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Mar 8 Mai - 1:33

Mmh,je viens de voir que certains passages sont bourrés de fautes. :/
J'espère que ça ne vous choque pas trop dans la lecture...
Louve : Contente que tu aimes, je la poste quand il fera jour. x)

_________________
Les 10 commandements:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfs-rain.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Mar 8 Mai - 12:57

Pas mal, j'aime bien et je sens que je vais m'introduire dans la nouvelle pour... :face:
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Mar 8 Mai - 14:27

Laquelle ? D:

_________________
Les 10 commandements:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfs-rain.forumactif.org
Admin
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Mer 9 Mai - 21:06

• Le chapitre 3 est là ! C'est un des plus importants car c'est là que va commencer les "histoires" que ce soit amour ou autre. Ou du moins les attirances. Je vous souhaite donc une bonne lecture, et si vous avez la moindre question concernant le texte, n'hésitez pas ! ♪

CHAPTER 3 : Intérêts Informulés.

Alors que le soleil embrasait l’horizon, les élèves encore à moitié endormis se dirigeaient vers le réfectoire silencieusement. Harry et Ron marchaient d’un pas lent, rejoignant Hermione déjà attablée avec un bol de céréale devant elle. Et bien sûr, comme à son habitude, elle était plongée dans un livre. Cette fois-ci, elle révisait les potions.

- Bonjour Hermione, dit d’une voix rauque Harry.

Le jeune homme s’installa face à elle pendant que Ron contourna le banc pour s’asseoir à côté de sa bien-aimée, passant un bras autour de ses épaules par la même occasion. La jeune fille posa son livre et tendit la joue où Ron déposa un baiser furtif.

- Bien dormi ? demanda celui-ci.
- Oui, et vous ?

Ron hocha la tête en guise de réponse positive. Harry haussa la tête, ses yeux vides entourés de larges cernes.

- Pas vraiment.

Ron lâcha un long soupir.

- En même temps si tu ne passais pas tes nuits à lire des bouquins…
- Je n’arrivai pas à trouver le sommei
l, bluffa-il dans un souffle.

Hermione ne répondit rien, occupée à faire tourner sa cuillère dans son bol. Elle l’attrapa doucement et la mis dans sa bouche, avalant une grosse bouchée de céréales. Ses yeux perdus se trouvèrent bientôt une cible intéressante. Elle relava le menton et observa un groupe de professeurs arriver dans l’allée principale pour regagner leur table. Derrière McGonagall, Viktor Krum parlait avec entrain à Sirius Black. Vite, Krum la remarqua. Il s’avança vers elle, quittant ses « collègues ». Revêtu d’une chemise blanche avec un par-dessus noir et un pantalon de la même couleur, bien que sobre, il dégageait beaucoup de classe et d’assurance. Ses cheveux aussi bien arrangés, ses dents blanches dévoilées seulement pour Hermione, il ralenti à sa hauteur et lança d’un ton doux et amical :

- Bonjour Hermione, comment vas-tu ?
- B-bien
, arriva t-elle à articuler.

Il salua Harry et Ron d’un signe de la tête et partit. Les pommettes de la jeune fille prirent comme la veille une couleur rouge. Pour peu, elle ressemblerait à un phare. Ron aussi, mais pas pour la même raison qu’elle, loin de là et heureusement.

- Non mais qu’est-ce qu’il a lui ? Il a toujours pas compris que t’étais ma copine ou quoi ?!
- C’est bon Ron, il m’a juste salué …


Le garçon avait la mauvaise habitude de s’emporter vite quand il s’agissait de sa copine. Doté d’une nature excessivement jalouse, il protégeait et suivait Hermione comme son ombre, qui elle commençait à se lasser de ça. Harry toisait ses deux amis avant de lever les yeux au ciel. Hermione, d’une main fébrile repris son ouvrage, sans pour autant lire son contenu. Non, son regard portant un peu au-dessus de la bordure du livre, cachée de Ron, elle espionnait secrètement le beau brun à la carrure d’athlète. Son cœur s’emballa, sans savoir pourquoi.

***

Drago Malefoy arriva dans la salle suivit de son acolyte Blaise et de Pansy qui les suivaient à la trace. Ils s’assirent à la table de leur maison, et commencèrent à parler. Drago commença à critiqua avec animosité de la nouvelle qui partageait la salle des préfets.

- Vous auriez du voir, elle prenait toutes les décisions, dictait ce qu’elle devait faire, et me toisait de haut. Elle ne sait pas à qui elle a à faire. Je ne sais pas non plus si elle est pure, elle a détourné la question. Elle est bizarre.
- Elle est peut être bizarre, mais elle est superbe, et magnifiquement bien foutue, dit Blaise d’un air intéressé.

Drago haussa les épaules et Pansy devint rouge, et ressentant comme de la haine envers Feligan. Comment pouvait-il préférer, une sale blonde française qui prenait les autres de haut, alors qu’elle avait toujours été là pour lui. En plus, elle-même se trouvait pas mal… D’accord, elle n’avait pas le corps de Blood, mais elle n’était comme même pas à plaindre. Elle regarda à nouveau Blaise. Ses yeux étaient concentrés sur une autre cette fois-ci. Malefoy aussi remarqua que son ami détaillait des pieds à la tête la nouvelle de Serdaigle. Cho passa derrière elle, la bouscula pour courir dans les bras de son petit ami, et Even fit tomber tous ces livres. Malefoy se leva précipitamment pour l’aider à ramasser, et vit que son ami aurait bien fait de même. Tant pis pour lui, Malefoy ne se serait jamais intéresser à la brune si son ami ne la désirait pas. Mais maintenant qu’il plongea pour ramasser les affaires, il pu voir à quel point elle était jolie.

- Comment t’appelles-tu ? demanda Drago en la fixant dans les yeux qui avaient une couleur étrange.
- Je m’appelle Even… Even Dewey, dit-elle étonnée que Malefoy remarque sa présence.

Drago prit les derniers livres tombés de la jeune fille, se releva et pu constater qu’elle rougissait. Il pensa que son charme opérait déjà. Mais il ne pouvait s’afficher avec une personne qui n’était pas sorcière de génération. Il lui posa alors la question qui lui brûlait les lèvres.

- Qu’elle est la nature de ton sang, Dewey ?
- Even déjà et je suis… euh…


Derrière elle, Cho, avait quitté les bras de Cédric et regardait Even. Elle mimait un mot avec ces lèvres, mais Even n’y comprenait rien. Elle se concentra et remarqua qu’elle soufflait le mot « pure ». Even se retourna alors vers Drago qui avait perdu son sourire et attendait sans patience sa réponse.

- P… Pur, dit-elle en hésitant. Elle n’aimait pas mentir.
- Ah, dit-il visiblement satisfait de cette réponse, et bien je m’appelle Malefoy, Drago Malefoy. Tu peux te joindre à nous si tu veux. Ou alors on se voit en cours ?
- Oh c’est très gentil, mais je dois rejoindre mes amis, mais à tout à l’heure si tu veux, répondit-elle.

Elle s’éloigna, et Malefoy la regarda, ses yeux se posèrent sur le bas de son dos, et il dégluti avec difficulté. Elle était vraiment belle. De son coté Even arriva et s’assit à la table, où Cho attendait les détails croustillants. Luna, quant à elle, avait son habituel sourire béant.

- Cho, ne m’avais-tu pas dis qu’il n’était pas fréquentable ce Malefoy ?
- Si, c’était un ancien Mangemorts, mais ce petit coté rebelle lui donne un charme fou. Et puis maintenant qu’il met ses cheveux en batailles, il est tellement plus sexy,
gloussa t-elle.
- Oui, sûrement…

Even repartit dans ses pensées, et se demanda pourquoi est ce qu’elle avait menti, après tout ce n’était pas un comble d’être sang-mêlé.

***

Posté devant son bureau, Sirius Black regardait ses élèves afflués dans la classe assisté par Krum. La dernière sonnerie retentit et il jeta un œil sévère aux retardataires. Tous prirent place, et Harry, qui n’avait pas encore trouvé la sienne, aperçu Even assise seule au troisième rang. Il accéléra le pas, mais arrivé à sa hauteur, Drago l’avait déjà devancé. Le beau blond s’installa à ses côtés, un sourire aux lèvres. En voyant Harry qui n’avait pas bougé, il lui lança un regard noir. Il partit et choisit Neville pour voisin.

- Je ne vais pas le laisser me marcher sur les plates bandes encore une fois ! Murmura t-il.

Neville tourna la tête vers lui et haussa un sourcil. Harry lui fit un signe de la main, comme pour lâcher l’affaire. Il devait se concentrer sur le cours de son parrain désormais. Le professeur saisit sa baguette, et avec intention, observa ses élèves. Le jeune professeur allait donner son premier cours de la magie contre les forces du mal, et Harry était pressé de voir comment il se débrouillerait.

- Bonjour à tous. Comme McGonagall vous l’a déjà dit hier, je suis Sirius Black et je vais vous enseigner la magie de défense à travers mes expériences personnelles. Bien, maintenant prenez votre baguette.

Les jeunes élèves s’exécutèrent à l’unisson. Sirius balada une main sur un livre, avant de poser son doigt sur un petit texte. Il le lit rapidement puis continua :

- Je sais que vous avez déjà appris les sortilèges informulés, mais ça, c’était avec Rogue… Pardon, le professeur Rogue. Déjà, choisissez un partenaire pour former un duo.

Certains commencèrent à ce lever, d’autres faisaient de grands signes pour interpeller leur ami avec qui ils désiraient être. Harry se leva et rejoignit Ron, Hermione les assurant qu’elle trouverait bien quelqu’un avec qui se mettre. Fred se dirigea avec un rictus malicieux vers un Neville silencieux qui avec étonnement, accepta de faire équipe avec lui. Mais Hermione qui avait pensé se mettre avec Ginny se retrouva seule en voyant cette dernière accompagnée de Parvati Patil. Elle fouilla de ses jolis yeux noisette la salle, mais déjà la plupart de ses amis avaient déjà trouvé quelqu’un. Elle se mordit la lèvre inférieure, gênée de n’avoir personne. Sirius qui l’avait remarqué se pencha vers Krum pour lui murmurer quelque chose à l’oreille du brun. Celui-ci ne put réprimander un sourire satisfait et se redressa pour aller rejoindre Hermione. Elle baissa les yeux en le voyant réduire la distance qui les séparait à chaque pas, pour enfin se proposer de former un duo avec elle. Quant à Even, avait prévu de se mettre avec Cho ou Luna, mais les deux filles levèrent leurs mains entrelacées vers Even pour leur montrer qu’elles s’étaient déjà mises d’accord. Sans elle.

- Moi non plus je n’ai personne, ça te dit qu’on se mette ensemble ? Lui proposa Malefoy qui avait rejeté Blaise quelques instants plutôt.

Elle accepta par un mouvement de tête, et regarda ailleurs, un peu embarrassée. Ses yeux se posèrent sur la jolie Feligan qui était avec Michael Corner. Sirius posa fermement un livre sur la table pour attirer l’attention de ses élèves.

- Maintenant que vous avez un partenaire, vous allez lui lancer le sort de Petrificus Totalus en informulé. Mettez-y beaucoup de volonté et pensez fort pour que votre sort marche au mieux.

Krum donna l’honneur à sa camarade de commencer. Hermione pressa sa baguette si fort que le bout de ses doigts virèrent au blanc. Elle prit sur elle-même, redressa la tête et ferma les yeux un court instant. Elle brandit sa baguette vers lui et Krum se retrouva pétrifié. La jeune fille sourit face à sa réussite et sans doute pensa t-elle au sort de Finite Incantatum car son camarade retrouva sa mobilité. Partout dans la grande salle aux tons sombres des étincelles fusaient, sortants de la baguette de chacun. Even avait demandé à Malefoy de commencer, comme si elle n’osait pas le frapper de son sort. Les bras le long de son corps, bien droite, elle attendit que le jeune homme l’immobilise. Mais ne concentrant pas bien son esprit, il ne réussit pas à lui lancer la première fois. Ni la deuxième. Rassemblant toutes ses idées en place, il fixa sa partenaire intensément, pensant le plus fort possible à la formule. Mais au moment où il réussit enfin à pétrifier Even, Sirius lança le sort de Finite Incatatum dans toute la classe pour mettre fin aux expériences, et la jeune femme se réveilla en perdant l’équilibre. De peur qu’elle ne se fasse mal pendant sa chute, Drago accouru près d’elle et la rattrapa avant qu’elle ne touche le sol. Ils restèrent un moment à se regarder, puis Even se releva, et Drago visiblement gêné parti sans attendre que la jeune fille le remercie. Pourquoi c’étaient ils fixer si longtemps, se posaient les deux jeunes gens. Ce geste ne passa pas inaperçu pour Blaise qui grogna devant le manège de celui qui considérait comme son meilleur ami. Il savait qu’il l’avait fait exprès le matin même, il avait juste suivit son regard. Sirius frappa dans ses mains et les apprentis sorciers s’arrêtèrent, retournant à leur place.

- Bien, après vous avoir tous observé, je suis content de vos capacités. Si vous avez des questions venez me voir à mon bureau, ça ne va pas tarder à sonner. Ah, et au prochain cours nous travaillerons aussi sur les informulés mais plus puissants. Vous pouvez ranger vos baguettes et livres. Merci à tous, et bon travail.

Tout le monde rangea vite ses affaires, content qu’un professeur les laisse sortir un peu plus tôt. Seule Feligan resta en retrait, et une fois que tout les élèves furent sortis. Elle s’avança vers le professeur. Lui, était plongé dans un livre sur les Patronus, il passa ses longs cheveux derrière ces oreilles et dévoila les tatouages de son coup. Feligan passa quelques instants à le regarder, puis il remarqua sa présence, elle posa la question pour laquelle elle était venue :

- Professeur, je me demandais, loin de là de critiquer votre façon d’apprendre, mais ne devrions pas plutôt travailler des sorts plus offensifs, des sorts qui permettrait de nous défendre d’une façon qui nuirais à notre adversaire pour qu’il ne récidive pas son attaque comme le sortilège… Doloris par exemple. Dit elle à toute vitesse.
- Parce que c’est illégal tout simplement.
- Mais après tout ce qui c’est passée l’année dernière, après la guerre, après tout ce qu’on a vu. Tout ce que les Mangemorts ont fait, pourquoi ne pourrions nous pas nous aussi nous défendre. Leur faire du mal, ils ne se sont pas gêner eux. Je ne suis pas en train de dire, que nous devrions faire ses sortilèges en classe, mais les étudier, ne serait il pas profitable que l’on sache à quoi s’attendre, si un jour nous devions l’utiliser, contre les forces du mal bien sûr.
- Si vous combattez le mal par le mal, vous n’êtes pas très différent d’eux, Mlle Blood.
- Je vois, je vois. Mais appelez-moi, Feligan.
- Je suis votre professeur mademoiselle.
- Et moi votre élève, Sirius.

Sirius contempla la jeune femme avec étonnement, elle n’avait pas l’air le moins du monde gêné d’appeler son professeur par son prénom. Il resta bouche bée, ne sachant que
dire. Feligan le regarda avec un sourire.

- Après tout, c’est comme vous voulez.

Elle s’apprêta à sortir de la salle, se retourna un instant, fit un énorme sourire plus que charmant à son professeur et elle disparu au coin de la porte. Plus loin dans le couloir, elle pensa qu’elle n’aurait peut être pas du réagir de cette manière là, mais après tout, ce n’était qu’un homme.

_________________
Les 10 commandements:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfs-rain.forumactif.org
Admin
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Mer 23 Mai - 22:11

CHAPTER 4 : Défi, trahison et attirance.

Après le cours de défense contre les forces du mal, Even se dirigea vers la Grande Salle, son sac sur le bras. Le réfectoire était plein à craquer, et le brouhaha habituel y régnait. Elle chercha des yeux ses amis et aperçu une tête blonde qu'elle reconnue immédiatement. Elle s'avança d'un pas hâtant, et réussie à se trouver une place entre Luna et un garçon dont elle ne connaissait pas le nom. Luna lisait le Chicaneur, et Even sortit son emploi du temps qu'elle regarda avec attention. Ils avaient cours de potion et elle craignait ce cours plus que tout autre, cause qu'on lui avait dit que le professeur Rogue était très strict. Luna leva enfin la tête et rompit le silence de sa douce voix cristalline :

- J’ai vu que tu avais travaillé avec Malefoy. Tu sais Cho n’a pas toujours raison, je le trouve très imbu de sa personne. Et puis, il ne croit pas au Ronflak Cornu.
- Il m’a pourtant l’air charmant,
assura Even.

Luna allait répondre, mais un toussotement les fit se retourner. Leur préfète ce tenait là.

- Je peux m’asseoir ? demanda-t-elle.
- Bien sûr, viens. Par contre il n’y a pas beaucoup de place.
- Oh ça ce n’est pas un problème, bouge Corner,
dit Feligan en poussant le jeune homme, qui sortit du coup de la table en pestant. Merci beaucoup. Je ne connais pas beaucoup de monde. Je ne comprend pas pourquoi on m’a nommé préfète. McGonagall m’a dit que c’était pour m’intégrer, mais justement, nos dortoirs sont personnels, on ne voit pas beaucoup de monde donc voilà.

Even et Feligan commencèrent à manger, Luna, quant à elle, n’avait toujours pas touché à la nourriture, elle sortit une prune dirigeable de son sac, et croqua à pleine bouche dans le petit fruit. Feligan ouvrit grand les yeux, jamais elle n’avait vu de fruit magique. Ayant grandit dans une famille de Moldus, elle n’avait découvert la magie que l’été de ses onze ans, lorsqu’elle avait reçu sa lettre d’inscription à Beaux-Battons. Even, elle se resservit de salade de fruit et fut heureuse qu’aucune prune dirigeable n’y soit présente, elle détestait ça. Alors qu’elle pensait au contenu de son assiette, une main lui tapota le dos. Elle frissonna sous ce contact et se retourna :

- Even, tu viens t’asseoir à notre table, j’ai demandé au professeur Rogue et il est d’accord pour qu’on fasse une petite exception, demanda Malefoy.
- Tu l’as payé ? Car ce n’est sûrement pas ton charme naturel qui a fait que Rogue t’autorise une chose qui est prohibée dans le règlement de Poudlard depuis toujours, répliqua Feligan.
- La ferme Blood, siffla Malefoy.
- Oh, c’est qu’il s’énerve le serpent. Toute de façon, moi j’me casse, je ne veux pas qu’on me voit avec toi, dit Feligan en mettant ses long cheveux blonds et rose derrière ses épaules.
- Je te suis, se manifesta la petite voix de Luna dont tout le monde avait oublié l’existence.

Feligan prit violemment son sac en cuir qu’elle balança sur son épaule, sourit à Even et partit, Luna sur ses talons. Malefoy en profita pour prendre la main d’Even et l’attira à la table des Serpentard. Celle-ci, n’avait pas très bien saisi pourquoi il y avait tant d’animosité entre les deux jeunes gens. Elle s’assit à coté de ce qu'elle pensait être Blaise, et Malefoy s'installa en face d’elle.

- Qu’est-ce-que tu as fait pour que Feligan te déteste comme ça ? demanda Even avec une pointe de timidité.
- Je ne sais pas, mais je ne perds pas grand-chose, j’ai la meilleure des Serdaigle avec moi, dit Malefoy en lançant un clin d’œil à la belle brune qui baissa la tête, le feu aux joues.

Son voisin s’éclaircit la gorge, et Even se tourna doucement vers lui. Il tendit sa main en avant et dit sans aucune gène :

- Bonjour, je m’appelle Blaise Zabini, mais tu as sans doute déjà entendu parler de moi. Je ne doute pas qu’on deviendra de très bons amis. On a cours de potion ensemble, tu te mets à ma table ? Rogue ne s’en souciera pas, si c’est un Serpentard bien sûr.
- Oh… Et bien oui, pourquoi pas,
dit la jeune femme avec un sourire éblouissant.

Les deux Serpentard continuèrent de parler de tout, essayant de mêler Even à la conversation mais elle resta en retrait, ne répondant qu'aux questions qu'on lui posait. À quelques moments elle chercha une excuse pour partir de la table, et rejoindre la salle commune des Serdaigle, mais vu qu’elle n’en trouva aucune, elle dut rester avec eux jusqu’à la fin de leur repas. Et quand elle en trouva une, il était déjà l’heure d’aller en cours. Alors les deux garçons se levèrent et Even fut bien obligée de les suivre et ils partirent dans les cachots. La jeune fille qui avait gardé la tête basse sur le trajet aperçu Harry, Hermione et Luna parler un peu plus loin. Son visage s'illumina et elle prévint ses camarades qu’elle allait dire bonjour, et qu’elle reviendrait plus tard. Malefoy et Blaise sourirent niaisement, et dès que la jeune fille se fut assez éloignée, Drago prit Blaise par le cou.

- À quoi tu joues exactement, Blaise ?
- Je ne vois pas de quoi tu parles,
répliqua celui-ci.
- Tu l’as invité à venir à ta table, tu crois que je n’ai pas vu comment tu la regardais. Blaise, c’est une sang pure, une très belle sang pure, il me la faut. Mais tu sais que j’ai été le premier, alors maintenant tu la laisses tranquille, elle est à moi.
- J’en ai marre que tu me donnes des ordres Drago. Elle sera donc à celui que elle, elle choisira.

Sur ce, il tourna les talons et se rapprocha de la jeune fille, pour que dès la fin de sa conversation avec Potter, ses yeux se pose sur lui, et seulement lui. Malefoy fulminait, il ne fallait surtout pas que Even préfère Blaise à lui, quoiqu'une fille à l’esprit sain ne choisirait pas Blaise. Il sourit intérieurement, et ébouriffa ses cheveux.

***

De son coté Harry regardait Even et n’arrivait pas à décoller son regard des magnifique yeux de la fille. Qu’est ce qu’elle était belle, à parler sans savoir que Harry la dévorait des yeux. Harry avait vu qu’elle était arrivé avec Malefoy et Zabini sur le coup l’énervement l’avait gagné, puis lorsqu’il avait vu la jeune fille se diriger vers Hermione, Luna et lui il avait sentit le rouge monter à ses joues. Elle était venue leur faire la bise, et discutait joyeusement avec Hermione du premier jour de cour, qui passait avec une lenteur alarmante. Puis Rogue arriva, suivit de Feligan qui avait du se remaquiller entre deux cours car elle arborait un trait d’eye liner en forme de serpent qui se nouait et descendait bas sur sa joue en ondulant. Rogue ordonna à tous d’aller s’asseoir et les élèves s'exécutèrent. Blaise fit signe à Even qui vint le rejoindre. Tout le monde se mit par deux, et Feligan resta au fond, elle n’avait pas besoin d’un coéquipier pour réussir sa potion parfaitement.

- Aujourd’hui, nous allons faire la potion d’Isolement. Qui sait en quoi elle consiste ? demanda Rogue avec le mépris dans le regard lorsque celui-ci tomba sur la main de Hermione Granger. Oui Mlle Granger ?
- La potion d’Isolement sert contre les ennemis. Une goutte dans une boisson, et celui qui le boira sera rejeté de tout contact pendant une journée. Certaines personnes s’en servent,
dit elle en jetant un regard assassin à Malefoy, pour que la personne devienne folle et se sente abandonnée.

Rogue ne répondit rien, et Hermione fut contente car cela voulait dire qu’elle avait réussi à dire parfaitement la définition. Il agita sa baguette, et sur le tableau noir s’écrivit les détails de la préparation de la potion. Tous les élèves allèrent chercher leurs ingrédients et commencèrent à travailler. Hermione commença vite sa potion, il n’avait qu’une heure pour la préparer et elle était extrêmement compliquée. Harry, à côté d’elle, avait déjà du mal à couper les fruits qui étaient demandés. À l'opposé de la salle, Luna et Neville discutaient de l’infusion qu’elle faisait avec les Ravengourdes, et Neville la regardait parler avec de l’affection plein les yeux. Pour lui, cette fille était étonnante.

- 10 points de moins à Gryffondor et 10 points de moins aussi pour Serdaigle. Cela vous apprendra à parler Londubat et Lovegood.

Rogue jeta un regard noir à Neville, mais contrairement à avant, Neville soutenu le regard de son professeur. Il n’avait plus peur de lui, depuis la guerre, Neville savait pourquoi il était à Gryffondor. Il était le digne fils de ses parents, il se serait battu jusqu'à sa mort pour battre Voldemort et les Mangemorts. Et même si Harry avait expliqué que Rogue n’était plus un Mangemorts depuis que le Seigneur des Ténèbres avait tué sa mère, Neville n’aimait toujours pas son professeur qui s’était tant acharné contre lui dans son enfance. La sonnerie se fit entendre, et tous dut prendre un échantillon de leur potion et durent le donner à Rogue. Hermione avait honte, elle n’avait pas fini sa potion, mais autour d’elle personne ne l’avait vraiment fini, et elle était la plus avancée. Tout le monde s’approcha du bureau, chacun eu le droit à un air différent de Rogue à la vue de leur échantillon. Neville eut un regard dégouté, Harry un haussement d’épaule et Luna un soupir d’exaspération. Hermione, quant à elle n’eut que le regard indifférent de Rogue, elle rangea ses affaires, et vu la nouvelle dont elle ne se rappelait plus du nom. Sa potion était entièrement finie, Hermione ragea. Rogue prit la potion et regarda Feligan étonné.

- Elle est finie, et semble parfaite. Quelle note avez vous eu à vos BUSE ?
- Douze Optimal, avec une mention spéciale en potion et défense contre les forces du mal,
répondit la jeune fille avec un semblant de fierté
- Et comment cela se fait que vous ne soyez pas dans ma maison ?
- Je suis née de parent Moldus, et Serpentard n’accueillerait pas une fille comme moi, malgré que mon caractère soit entièrement parfait pour là-bas. Mon sang m’en empêche, mais tant mieux, je ne vois en aucune façon me faire appeler Sang de Bourbe au fil du temps,
répliqua la jeune fille en souriant.

Rogue secoua la tête et fit signe à Feligan de partir. Quelle arrogance pensa le professeur, mais surtout quel talent.

***

Plus loin, Hermione se dirigeait vers le cours d’étude des Moldus, une matière maintenant obligatoire. Elle déboucha dans un grand couloir et croisa Viktor Krum. Il la regarda, vérifia qu’elle était bien seule, puis l’invita à aller se balader. Elle tourna la tête, pour voir si Ron était derrière elle, mais n’y étant pas elle accepta. Ils marchèrent quelques minutes, puis Krum s’arrêta et planta ses yeux dans ceux de la jeune fille.

- Tu m’as beaucoup manqué Herrrmione. Je suis arrivé trrrop tarrrd, maintenant il y a le Weasley. Tu es toujourrrs aussi belle, tu le sais, dit il en passant une mèche des cheveux de la jeune fille derrière son oreille.
- Viktor… Pourquoi tu es venu ici, tu aurais pu enseigner à Durmstrang, déclara-t-elle en soupirant et visiblement embarrassée.
- J’ai passé ma plus belle année ici, le tourrrnoi des Trrois Sorciers, tu étais là, tu étais à moi. Tout peut rrredevenirrr comme avant Herrrmione, dit le jeune homme, en rapprochant le corps d’Hermione près du sien.

Hermione se laissa faire, et Viktor prit son visage entre ses mains fortes, et déposa un baiser sur ses lèvres. Hermione répondit au geste, ses mains se promenant dans le cou du jeune homme qui se laissa complètement envouter. Hermione se rendant bien vite de son erreur, ouvrit les yeux en fronçant les sourcils. Puis la jeune fille posa ses mains sur le torse du garçon et repoussa le corps brulant violemment :

- Viktor, qu’as-tu fais ? hurla t-elle.

Elle n’attendit pas la réponse, et partit en courant. Elle se mit à pleurer à chaudes larmes. Elle ne voulait pas s’arrêter de courir, elle ne pouvait pas. Mais elle trébucha sur le sol et s’effondra par terre. Maintenant il lui était impossible de se relever. Quelqu’un vint la chercher et voyant qu’elle ne tenait plus sur ses jambes, la porta. Fred Weasley était là, ses yeux exprimant l’inquiétude. Il se dirigea vers la salle commune des Gryffondor, et la jeune fille qui n’avait toujours pas arrêté de pleurer, n’était pas en état d’assister à un cours. Fred la posa sur le canapé de la salle, et murmura à Hermione :

- Repose-toi Hermione, je vais prévenir Mme Melson que tu étais malade. Repose-toi, dit-il en dégageant les cheveux du visage de la jeune fille.

Fred Weasley quitta la salle d'un pas nonchalant et retourna en cours. Il poussa la lourde porte de la pièce et chercha des yeux son frère. Apercevant enfin la tignasse rousse, il s’assit à coté de Ron, la place normalement réservée à sa petite amie. Fred lança un regard mauvais à Ron et déclara :

- Mais qu’as-tu fait à Hermione pour qu’elle soit dans cet état ?
- De quoi tu parles ?
Demanda Ron.
- Ne fais pas l’innocent, il n’y a qu’une histoire d’amour qui peut faire autant pleurer une fille.

Ronald Weasley ne répondit pas, son cœur se serra. Il n’avait pas vu sa petite amie depuis le cours de potion où elle allait parfaitement bien. Si ce n’était pas lui, qui donc pouvait l’avoir mise dans cet état ?

***

Fin de journée, fin des cours. Les élèves vagabondaient dans les couloirs de l'école sans leur sac ou vêtements représentants leur maison. Chacun pouvait s'habiller comme il le souhaitait pendant ce quartier libre. Le trio en avait fait autant, Harry ayant revêtu un jean bleu simple et un t-shirt noir, Hermione un joli petit haut aux tons gris et un pantalon également noir. Ron, quant à lui, portait un pull léger rouge sur un jean banal. Assis sur un banc, profitant des rayons de soleil, Hermione n'avait pas regardé une seule fois Ron dans les yeux. De son côté, il n'avait pas osé lui demander ce qu'il s'était passé, même si elle devait se douter que son frère lui avait dit l'avoir vu pleurer. Pourtant le brun ne sembla pas remarquer une seule seconde la petite tension qui augmentait au fur et à mesure. Tous gardaient le silence, la tête levée au ciel. Plus loin, Neville et Luna parlaient en marchant à leur rencontre. Depuis quelques temps ils paraissaient de plus en plus proches, et ça ne passait pas inaperçu pour tout le monde. La jolie blonde commença à sautiller vers ses amis et à les saluer. Neville arriva avec un peu moins d'entrain, mais un sourire flanqué aux lèvres malgré tout, vite rejoint par Ginny qui accourait joyeusement. Le poids qui pesait sur les épaules de Ron et sa petite amie disparut, laissant place à un sentiment de bien être en compagnie de leurs camarades. À quelques mètres de là, Even apparut à son tour, le visage à moitié dissimulé volontairement sous ses longs cheveux. Qui évitait elle ? Luna se leva alors précipitamment, et couru vers la jeune fille, lui attrapant une manche de son pull à la couleur de ses yeux. Elle faillit tomber lorsque celle-ci l'entraîna, voulant visiblement lui faire rejoindre le groupe.

- Pourquoi tu te cachais ? Demanda la blonde.

Son amie ne répondit pas, enfonçant d'avantage sa tête dont les joues avait rougies dans le col de son pull. Luna ne réclamant pas une réponse, elle lui lâcha le poignet en arrivant à la hauteur des autres. Elle les salua d'un signe de la main et se laissa tomber sur le banc. Elle aussi avait profité de la fin d'après-midi pour porter autre que les vêtements traditionnels de l'école, ses habits étant son pull bordeaux presque trop grand se mariant parfaitement avec ses yeux, un pantalon noir en matière souple et des bottines en cuir légèrement usée. Ginny quitta un instant ses amis, marcha sous le porche plus loin et claqua une bise sur les pommettes d'une grande silhouette aux cheveux blonds et roses. Feligan Blood se tenait là, discutant avec un regard plein d'amitié avec sa cadette. La jeune fille avait abordé plutôt un style rock, se dégageant complètement du style général des filles de Poudlard. En faite sa tenue était vraiment osée ; short en jean déchiré, t-shirt noir avec le symbole des Sex Pistols, et pour clôturer le tout, des Dr Martens de la même couleur à ses pieds. Ça ne sembla pas choquer la rouquine qui, après quelques minutes de discussion, revint avec Feligan. À part saluer les nouveaux venus, on parlait peu, profitant du beau temps, un léger sourire étirant les traits du visage de chacun. Puis sans prévenir, ne tenant jamais très longtemps en place, Luna prétexta qu'elle voulait aller à la salle commune de Serdaigle lire un livre sur les créatures magiques, et peut être retrouver Cho. Even se leva d'un bond, prompte à la suivre, ayant aussi quelque chose à faire. La blonde retroussa son nez, signe qu'elle ne la croyait pas totalement mais remplaça vite sa grimace part un joli sourire. La brune aux reflets cuivrés poussa un léger soupir de soulagement et elles entamèrent leur trajet vers la salle, Luna passant son bras sous celui de Even. Les autres les regardèrent partir et Neville décida à son tour de prendre congé de ses amis, bientôt imité par Ginny. L'astre baissant à vue d'œil, peignant le firmament de tons oranges, le Trio firent de même.

- On se rejoint ce soir au diner alors, déclara Harry.
- Oui, comme d'habitude, renchérit Ron.

Hermione se contenta de hocher la tête, donnant son accord avant se tourna le dos à ses deux amis. Alors qu'elle se dirigea en direction des couloirs, une main la retint par le poignet. Ne regardant toujours pas derrière elle, Ron referma plus fort son étreinte.

- Hermione, si quelque chose ne va pas, tu peux me le dire, lui dit d'une voix sans assurance le garçon.
- Ron, je...

Elle daigna à tourner son visage vers lui, jetant au passage un regard presque paniqué à Harry qui les observait plus loin. Mais une main se posa sur sa joue et son petit ami l’embrassa avant même qu’elle ne se retourne complètement. Elle ne put résister plus longtemps et lui rendit son geste, bien qu’un goût d’amertume lui restait en bouche. Toujours honteuse malgré tout, il eu tout de même droit à un sourire quoiqu’un peu forcé. Sur ce, la main de Ron glissa le long de son bras, caressa sa paume une dernière avant d’effleurer le bout de ses doigts et partirent vers Harry qui esquissa un sourire en coin. Hermione les regarda partirent et serrant un livre contre sa poitrine, partit aussi.

***

La sonnerie d’une horloge sonna. L’heure du dîner. L’heure qu’étrangement certaines personnes se seront bien passées, comme Hermione par exemple, et peut être même la fille aux yeux bordeaux. Alors qu’Hermione prit soin de ne pas se faire trop coller par Ron tout le long du repas, et de ne pas regarder dans les environs de la table des profs, Even se contenta de ne pas paraître trop voyante, se concentrant du mieux qu’elle pouvait sur la conversation qu’entamaient Luna et Cho, vite rejointes par Feligan qui se trouvait en diagonale de leur places. Son regard ne se déplaça pas une fois vers la table des Serpentard, sauf une ou deux fois pour vérifier qu’on ne viendrait pas l’entraîner elle ne sait où. Peur de croiser Drago ou même Blaise ? Oh non, loin de là. À vrai dire, elle s’en contre fichait de Zabini, c’était surtout Malefoy dont la présence commençait à l’oppresser, bien qu’elle appréciait le jeune homme. À vrai dire, elle le trouvait séduisant, mais ça, elle ne l’admettait qu’à elle-même, et encore. Oui, voilà, c’était juste qu’elle se sentait comme minuscule et gênée avec lui. Comment quelqu’un de sa classe pouvait s’intéresser à elle ? Elle oublia bien vite ses tracas dans son dessert, s’amusant de plus en plus avec ses camarades de table.

***

Quant à Ginny, elle lançait un bref regard à la table des Poustsouffle, et plus précisément à Cédric Diggory, qui de son côté fixait langoureusement sa petite amie, Cho. Bien que la rouquine n’en avait pas envie, il fallait bien avouer que le beau brun l'attirait de plus en plus, et que le fait de partager le dortoir avec lui ne faisait qu’accroître ce sentiment. Heureusement pour le couple et Ginny, Cho ne semblait pas s'en douter, ni le garçon d'ailleurs, croyant simplement qu'elle voulait être son amie. Non, rien de plus. Assise à côté d'Harry, ses pensées virèrent à l'époque où elle et Harry étaient encore un couple qu'on croyait incassable. Du moins c'est que tout le monde pensait, même eux. Mais les événements avaient pris une tournure différente de celle qu'ils avaient espérée. Ils avaient été heureux un temps, ensemble, mais ils étaient trop jeune pour penser à une vie commune. D’ailleurs cela faisait quelques jours que Harry avait trouvé une autre préoccupation, était elle la seule à l’avoir remarquer, elle le pensais. Le jeune homme ne faisait que regarder la jeune Serdaigle aux cheveux cuivrés. Peu lui importait, à présent, tout ce qu’elle voulait c’est que Harry soit heureux. Elle dit au revoir à toute la tablée, puis monta avec Feligan dans les étages pour faire leur ronde. La blonde rosée coupa le silence.

- Bon, tu comptes faire quoi avec Cédric ?
- Comment ça ?
demanda une Ginny interloquée.
- Je vois bien que tu le regarde, et pas très innocemment si je peux me le permettre. Tu lui fais d’ailleurs très bien du rentre dedans, tu le dragues tellement, je ne sais pas comment il fait pas pour ne pas s’en apercevoir. Bien sur il y a Cho, mais tu a beaucoup plus de potentiel qu’elle. Il faudrait juste que…
- Stop ! Stop ! Arrête tu vas trop loin, il ne t’arrive donc jamais de ne pas comploter, ou préparer des choses, ou de parler ?
demanda Ginny avec un sentiment d’exaspération prononcé face à la jeune femme qui l’avait si bien percée à jour.
- Non pas à ma connaissance. Et non je ne vais pas trop loin, tu le veux ? Tu vas donc le chercher. Répondit clairement Feligan.
- Mouais, murmura Ginny comme interdite, tu disais qu’il faudrait que quoi ?

Un grand sourire s’étira sur le magnifique visage de Feligan, et elle prononça avec malice dans les yeux :

- Que tu le rendes jaloux ; la plus vieille technique au monde.

Elles continuèrent leur ronde, sans jamais croiser personne, elles retournèrent donc dans leurs chambres, se mettre en pyjama, et vaquer à leur occupation. Ginny s’allongea pensant à ce que Feligan avait dit, cela se voyait tant que ça qu’elle essayait d’apprivoiser Cédric, elle n’en avait pas l’impression. Et même si elle savait que son amie était très douée avec les garçons, malgré le fait qu’elle ne connaissait Feligan que depuis peu, Ginny s’était aperçue que dans ce domaine, il fallait lui faire confiance. En effet elle s’avait toujours ce qu’un garçon pensait, elle disait elle-même que c’était justement parce qu’elle avait plus un caractère d’homme. Ginny en avait rit la première fois, mais maintenant que cela se révélait exacte, elle ne savait pas quoi faire. Elle y réfléchit longtemps, très longtemps. Ce n’est que trois semaines plus tard, lorsqu’elle vit Harry regarder Even qui gloussait devant Malefoy, et Cédric employé à embrasser avec fougue sa petite amie, qu’elle se décida enfin. Elle partit voir le jeune homme à la cicatrice, l’entraîna dans un couloir vide et déclara :

- Harry, il faut qu’on parle.

En espérant que ça vous a plu ! =)

_________________
Les 10 commandements:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfs-rain.forumactif.org
Nouca
Anonyme
Anonyme
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 19
Localisation : Dans la forêt, perdu..
Humeur : Rêveuse.. ♪

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Mar 21 Aoû - 5:01

J'ai adoré, si ya une suite, je lis dessuite, j'adore *.* . *cri de folle*

_________________

(Merci pour la signature Whip'. ^^)
Musique.♥:
 


PERSONNAGE TUEE AU COURS D'UN COMBAT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Jeu 23 Aoû - 12:07

Oui, il y a une suite. Au moins 13 ou 14 chapitre écrit. Contente que tu aimes, je posterai donc la suite bientôt. (:

_________________
Les 10 commandements:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfs-rain.forumactif.org
Nouca
Anonyme
Anonyme
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 01/06/2012
Age : 19
Localisation : Dans la forêt, perdu..
Humeur : Rêveuse.. ♪

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Ven 24 Aoû - 21:01

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii *clapclap:roule les poignet* :rire: J'aiiiiiiiiiiiiime.

_________________

(Merci pour la signature Whip'. ^^)
Musique.♥:
 


PERSONNAGE TUEE AU COURS D'UN COMBAT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Mer 29 Aoû - 11:40

Toujours aussi bien!
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Dim 2 Sep - 12:37

Merci ! Je pense poster le suivant cet après-midi. (:

_________________
Les 10 commandements:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfs-rain.forumactif.org
Admin
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 20

MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   Lun 3 Sep - 13:09

CHAPTER 5 : Intentions Dévoilées<

Harry regarda étrangement la jeune fille. Dans ses yeux noisettes, on pouvait voir qu’elle réfléchissait mais qu'elle hésitait à la fois. Il l’a regarda et acquiesça de la tête, pour lui faire comprendre qu’elle pouvait commencer. Elle le regarda encore quelques secondes, ouvrit la bouche, puis la referma, et enfin déclara à une vitesse impressionnante :

- « Il faut qu’on soit de nouveau ensemble. »

Harry mit d'abord du temps à comprendre. Puis le garçon sentit son cœur s’affoler. Comment lui dire qu’il ne ressentait plus rien pour elle maintenant qu’elle avait dit ça. Après être resté un instant confus, il réussit à débiter :

- « Euh… Ginny, tu sais…
- Oh non, ne te méprend pas. Je ne veux pas qu’on soit un couple, tout du moins pas officieusement.
-Comment ça ?
- Tu veux être avec Even, et je me disais que vu qu’elle était très proche des Serpentard en ce moment, ce serait peut être un peu plus judicieux que tu fasses quelque chose. Sinon il te la prendra, et tu sais comment est Malefoy, si elle lui plait vraiment, il ne la lâchera pas. Donc, je pensais que si tu te montres en couple, et que tout en faisant ça, tu lui fais comprendre qu’elle te plait, tu la rendras jalouse. Et ce sera que du bon pour toi Harry.»
Acheva-t- elle attendant la réponse du jeune homme.
- « Et qu’est ce que tu y gagnes ? »demanda en fonçant les sourcils, énervé qu’elle ai vu son faible pour la Serdaigle.

La jeune fille ne s’attendait pas à ça, elle qui pensait qu’Harry accepterait sans aucune question, ravi de pouvoir lui apporter de l’aide. Pourquoi donc ne lui faisait il pas confiance ? Elle préféra jouer la carte de la sincérité, sans trop lui en dévoiler non plus.

- « C'est à dire que… Moi aussi j’aimerai rendre jaloux un certain garçon.
- Qui est-ce ?
- Tu te doutes bien que je ne vais pas te le dire, sinon je te l’aurai avoué tout de suite. Après tout, si tu es bon observateur, tu te rendras compte qui passe autour de nous lorsque je me jetterai dans tes bras. »
- « Ginny
, expliqua Harry gêné, je ne peux pas.Par respect par Ron, il ne va pas comprendre que je me remette avec toi, quelques mois après avoir rompu. »
- « Et bien, met le au courant, et explique lui que c’est mon idée, sinon ça ne lui plaira pas, cette histoire de simulation. »


Harry acquiesça de nouveau et sourit à la belle rouquine qui venait de lui prendre la main. Ils se dirigèrent ensemble vers le couloir pour aller au cours contre les forces du mal. Ils croisèrent quelques regards surpris, et certaines personnes comme Cho Chang murmurait et colportait déjà la nouvelle de leur réconciliation. Après l'avoir trouvé assis sur un banc en rangeant son sac, Harry alla voir Ron suivit de Ginny, pour lui expliquer le fait. Après quoi, ses yeux donnèrent l'impression de sortirent de leur orbite et Ron pesta comme d’habitude, mais après que sa sœur se soit énervé contre lui, il se calma et partit au cours du parrain de son meilleur ami. Harry lâcha la main de Ginny et entra dans la classe à son tour, et dû donc s'asseoir par la même occasion à côté de sa "petite amie". Quant à Ron, il s'installa à coté d’Hermione. Sirius, appuyé contre le mur au fond de la salle, les bras croisés sur son torse, attendait que les élèves remarquent sa présence. Puis s'intéressant aux potins du jour que les adolescents se racontaient, il en profita pour écouter la conversation d'une oreille discrète. Il fut surpris d’apprendre que son filleul ressortait avec la jeune Weasley. Tout le monde semblait d'ailleurs étonné de la nouvelle sauf Feligan qui lança un clin d’œil appuyé à Ginny, qui elle, lui fit un grand sourire en échange. Sirius décida de mettre fin à ce joyeux tintamarre et s’éclairci la gorge. Tout le monde se retourna vers lui à l'unisson.

- « Bonjour à tous, aujourd’hui nous allons laisser les baguettes de coté pour s’intéresser à des créatures purement maléfiques. Bien sûr, je n’ai pas pu en apporter une, vu que c’est tout à fait illégal. Je vous pris de me croire que certains prisonniers d’Askaban, sont en cellules pour avoir voulu en former des armées. Je parle bien sur des Inferi ou Infirius. »

Tout le monde se tut et marqua des notes sur leur calepin à l'aide de leur plume. Même lorsque les élèves ne se servaient pas de leur baguette, ils étaient très intéressés par les cours du professeur Black qui était très heureux de leur faire part de sa propre expérience. L'heure du cours s'écoula rapidement, un peu trop pour les étudiants d'ailleurs qui eurent du mal à quitter leur siège. Les élèves partirent tous de la salle de classe en parlant d’un intérêt commun du cours auquel ils venaient d’assister. Une jeune femme aux cheveux rose semblait pressée de partir, en effet elle avait comme prochain cours, la divination, et elle était impatiente de rejoindre la complètement folle Trelawney qui lui prédirait encore une fois la mort de ses parents. Mais Feligan pensait juste que sa prof était juste stupide voir atteinte. Mais avant qu’elle ait pu faire un pas en dehors de la classe, Sirius Black l’appela.

- « Mademoiselle Blood, il faut que je vous parle », dit-il d’un ton calme et serein.
- « Professeur, j’ai cours de divination, je dois vraiment y aller. »
- « Je pense que ma collègue pourra attendre quelques instants sans votre présence. Je tenais à vous dire que votre heure de retenue aura lieu la semaine prochaine. »
- « Ma retenue ? Et depuis quand en ais-je une ? Pour une fois que je n’ai rien fait »
, souffla la jeune femme étonnée
- « Je suis professeur Blood, et je dois me montrer dur lorsqu’on me manque de respect, et malgré que l’incident se soit passé il y a quelques jours… »
- « Quelques semaines, Monsieur c’est ridicule »,
l'intercepta t- elle.
- « Ne me coupez pas mademoiselle ; j’ai dû aller demander à la professeur McGonagall qui avait trop de travail pour vous faire passer en priorité. Je vous verrai donc jeudi prochain, à dix huit heures dans ce bureau. »
- « Moi qui pensait que vous étiez un prof sympa, je vois que je me suis trompée Monsieuuur »,
répliqua-t-elle d’un ton faussement maniéré.

Le professeur soupira. Il ne savait plus quoi faire de la jeune fille, elle était brillante, mais en cours elle était juste insupportable. Feligan quant à elle s’énerva, et l’envie d’aller dans la tour de Trelawney lui avait passé. Elle se dirigea vers l’infirmerie pour que Mme Pomfresh lui fasse une assurance au repos lorsqu’elle se serait jetée un sort de Fièvrurgente.



***



Pendant ce temps là, en cours de divination, Harry et Ginny continuaient de jouer leur petite situation malgré l’exaspération de Ron. Mme Trelawney avait prédit deux fois la mort d’Harry dans la même heure, et celle de Ginny si elle continuait de fréquenter le jeune homme. Ils avaient tout d'abord pouffé mais devant l'air effrayant et sérieux de leur professeur, ils avaient comme eu de légères sueurs froides. Bien qu'ils savaient que se qu'elle racontait la plupart du temps était faux. Lorsque la sonnerie retentit, ils eurent le plaisir de descendre de la salle étouffante de divination, et ils se dirigèrent tous vers la Grande Salle où le repas était servi. À la table représentante des Serdaigle, Even était assise à coté de Neville et Luna qui se regardait dans le blanc des yeux en souriant bêtement. Sur le coup de l'ennui, la jeune femme jouait avec ses petits pois dans son assiette, créant des formes géométriques. Quand elle se rendit compte à quoi elle en était réduite, elle de redressa un haussant un sourcil. Puis, discrètement, jeta un regard furtif à la rangée à l'effigie de Serpentard. Ginny, amusée par sa situation un peu embarrassante, alla la voir. Elle la salua, se fit une place et discutèrent. Parfois on pouvait les voir pouffer quand elle observait le couple d'amis qui se dévisageait dans le dos d'Even. Puis la rouquine alla rejoindre Feligan dans leur dortoir alors que Even entraîna de force Luna dans leur tour. Ginny prononça le mot de passe, et la porte de bois s’ouvrit sur Cédric. Il paraissait soucieux.

- « Oh Ginny, tu tombes bien. Feligan m’a annoncé que ce soir elle voulait faire la ronde avec Drago, alors on sera tout les deux. Désolé, je ne sais pas pourquoi elle a décrété ça, surtout qu’elle n’a pas l’air de l’apprécier, je pense que ça va chauffer ce soir dans les couloirs. »

La jeune femme lança un regard de braise à Cédric, et elle acquiesça. Il partit dans l’autre sens, et elle remercia le ciel en silence, même si féliciter Feligan pour ce coup de génie aurait sûrement été mieux. Elle fila vite dans sa chambre et s'assit devant un grand miroir au cadre d'argent pour se pomponner. Après quoi, elle quitta son siège et pris un t-shirt qui traînait sur un fauteuil. Elle enfila son haut bleu un peu moulant et un bermuda en toile très pâle. Le tout garni d’un sautoir. Voilà, le tour était joué, enfin elle l’espérait. Elle descendit les escaliers, prit la Gazette du Sorcier qui figurait sur la table. Un article de l'ambitieuse Rita Sckreeter faisait la une :



"Un couple célèbre se reforme."

"Harry Potter, l’Elu est aussi un grand tourneur de tête, il en a fait baver à des pauvres et innocentes jeunes filles. Mais malgré le fait qu’il aurait pu avoir une relation avec les plus belles sorcières de cette génération, après sa victoire sur Celui-Dont-On- Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom, nous avions découvert (tout du moins je l’avais écrit dans le numéro 673) qu’il avait préféré une jeune femme sans histoire, intéressée par lui uniquement pour sa notoriété. Harry m’avait alors confié que la jeune fille avait joué de lui, et que c’était pour cette raison qu’ils avaient décidé de rompre. Oui, après l’avoir rencontré au tournoi des trois sorciers, Harry et moi sommes devenus très amis, nous conversons souvent par lettre, et je suis sûrement une des seules personnes à pouvoir affirmer connaître le véritable Harry Potter. Lui et la jeune femme avait donc définitivement tourné la page, les rumeurs allèrent de bon train quand cela parlait d’attribuer des aventures à l’Elu. Aucune relation n’avait pourtant aboutis, mais voilà que hier alors que je préparais un article croustillant sur Minerva McGonagall et sa nouvelle section à Poudlard, une chouette hulotte est venue toquer à la fenêtre de mon bureau. J’ai eu le plaisir donc d’apprendre que notre jeune Potter avait repris contact avec la jeune femme et qu’ils se montraient très proches. Mais quelques questions s’imposent : Pourquoi le jeune Potter après avoir était trahi et avoir autant souffert pour sa petite amie retournerait-il tout de suite à ses genoux ? Et pourquoi n’essaye-t-il pas de passer à autre chose ? Pourquoi la jeune fille est elle retournée vers le jeune homme, par intérêt ou par obligation ? Moi, moi et moi allons travailler d’arrache pied pour trouver vos réponses, promis. »

Rita Sckreeter pour la Gazette du Sorcier,
Le 12 octobre 1999.


Ginny pesta contre la femme, cette journaliste qui déformait les propos des autres pour en faire de faux articles. Qu'est ce qu’elle pouvait être puérile. Elle posa brutalement le journal sur la table et mis ses mains sur ses hanches, en levant les yeux au ciel. Cédric rentra au même moment et son regard balaya le salon pour s’arrêter ensuite sur la jeune fille. Un sourire s’esquissa malgré lui sur son visage. Il secoua la tête pour se remettre les idées au clair, il était avec Cho. Il s'approcha et lui proposa de le suivre. Ginny accepta en cachant avec peine qu'elle jubilait intérieurement. Ils marchèrent pendant quelques instants. La jeune fille chantonnait, puis lorsqu’elle en eu marre elle coupa le silence qui lui était lourd :

- « Cédric, comment ça va avec Cho ? Tout à l’heure, elle avait l’air contrariée.
- Oh ce n’est rien, disons qu’elle est juste très possessive. Une fille a essayé de me séduire et elle n’a pas apprécié. De toute façon elle devrait savoir que je ne lui ferai pas ça, je tiens beaucoup trop à elle.

- Tu l’aimes ? » demanda Ginny sans aucune gêne.
- « C’est une question pour le moins indiscrète, mais pertinente. Je ne pense pas, tu sais je suis jeune, trop jeune pour m’attacher. Le problème c’est qu’elle, elle l’est déjà. Elle est jalouse, et fait notre emplois du temps, on a le même train de vie tous les jours. Je m’ennui un peu, pour tant elle, elle est toujours très exaltée, je ne sais plus quoi faire. En tout cas la jeune fille qui a osé me draguer, elle a très vite arrêté. Bref… Je ne vais pas continuer à te parler de ma vie.
- Oh mais ça ne me gêne pas. Et puis à la place de cette fille, j’aurai continué, Cho ne me fait pas peur
. »

Elle accéléra le pas, et se remit à chantonner un joyeux petit cantilène, fière de ce qu'elle venait de lui dire, laissant Cédric complètement désarçonné. Qu’est ce qu’elle pouvait être étonnante et farfelue, plus que la jeune asiatique qui devait être en train de penser à lui au moment même. Il regretta de penser à ça, surtout avec Ginny, elle avait quatre ans de moins qu’elle. C’était ridicule. Il chassa ses pensées, et la suivit dans le couloir, où il se surprit à la contempler longuement.


***


Deux heures plus tard, alors que la nuit était déjà bien avancée et que la plupart des élèves de l'école était couchés lorsque Ginny et Cédric était revenus, Feligan dû aller chercher Malefoy dans sa chambre. Elle ne prit pas la peine de frapper à la porte et lorsqu'elle rentra, elle trouva le jeune homme torse nu allongé sur son lit, elle ne put s’empêcher de regarder l'adolescent de la tête au pied.

- « Plutôt pas mal foutu pour une sale fouine.
- Plutôt parlante pour une Sang-De-Bourbe »
, répliqua-t-il

Il afficha alors un sourire narquois que lui seul savait faire. La jeune femme n’attendit pas cinq secondes pour se jeter sur sa baguette et la pointer directement sur la tête de Malefoy. Celui-ci perdit tout de suite son air de suffisance, et parut quelque peu angoissé.

- « Calme-toi, Blood. Faut qu’on aille faire notre ronde… » expliqua-t-il dans un souffle.

Feligan baissa son arme lentement, cracha au visage du jeune homme qui cria de dégoût. Elle claqua la porte, et partit. Malefoy sortit en furie de sa chambre, mais la jeune fille l’attendait déjà dans le couloir. Il couru vers la porte qu'il poussa violemment et se rua sur elle. Il la plaqua alors contre le mur et plaça ses paumes contre elle pour empêcher la jeune fille de s’enfuir.

- « J’en ai pas finit avec toi », dit le serpent avec un air menaçant.
- « Tu crois que tu me fais peur ? Me faire mal, tu n'en es même pas capable », répondit la jeune femme en repoussant l’emprise du jeune homme qui la lâcha.

Il serra sa mâchoire et l'abandonna. Il rentra dans leur salle commune plus énervé que d’habitude. Comment pouvait-elle se sentir au dessus comme ça ? Il se vengerait, ça, il pouvait le promettre. Quant à Feligan, elle continua son chemin, ignorant les tableaux qui rouspétaient dès qu'elle passait devant avec de la lumière. Après tout, même si Malefoy avait été lâche en ne continuant pas la ronde, elle, elle n’était pas comme ça. Elle se balada dans les couloirs, tout était calme à cette heure là. Elle avait vite appris à connaître ce Poudlard là, celui de la nuit, celui qu’elle aimait. C’était uniquement le soir qu’elle était heureuse de pouvoir se balader, dans son élément. Ginny avait vite compris ça, et le soir, quand elles faisaient la ronde ensemble, elles ne parlaient pas, elles appréciaient le calme et la chaleur qui se dégageaient des longs couloirs. Elle regardait ses pieds, songeuse lorsqu’elle percuta une silhouette plutôt musclée. Elle releva la tête, et poussa un soupir appuyé. Il fallait qu’elle le croise là, Black, au fil des semaines, elle commençait à ne plus le supporter. Si il commençait à la chercher, elle aurait du mal, après la provocation de Malefoy, une autre et elle ne tiendrait pas le coup.

- « Que faites-vous là ? » demanda-t-il

Elle aurait presque pu lui retourner la question mais n'y pensa. Elle lui répondit alors sans rien cacher :

- « Je fais ma ronde.
- Toute seule ?
- Oui, mon coéquipier avait sûrement bien plus important à faire que de m’accompagner, j’ai cru comprendre.
- Vous savez que vous n’avez pas le droit, je vais devoir vous assigner de nouvelles heures de retenue. »

C’en était trop. Elle essaya de se contenir en serrant les poings mais la jeune femme explosa.

- « Mais qu’est ce que vous voulez à la fin ?! Vous êtes obligé de me pourrir la vie ! Vous n’arrivez pas à dormir si vous ne m’avez pas saoulé une fois dans la journée ? Pourquoi vous vous acharnez contre moi ?! Je fais tout pour me faire accepter, c’est ça qui vous saoule ? Ou alors c’est tout simplement le fait que je ne vous considère pas uniquement comme un prof !!
- Et en quoi d’autre ?
- EN HOMME, EN MÂLE. JE NE VAIS PAS ME PLIER À VOS EXIGENCES ! VOUS N’ÊTES QU’UN HOMME, BLACK ! J’EN PEUX PLUS ! »


La jeune femme s’écroula par terre. Trop d’émotions d’un coup, et elle s’affaissait. Elle se dégoûtait, il la dégoûtait. Comment pouvait- elle être si faible en pleine bataille ? Le jeune professeur se pencha vers la jeune fie recroquevillée, essaya de l’aider à sa relever. Mais elle le repoussa d’une main forte, avec une haine et une passion involontaire.

- « NE ME TOUCHEZ PAS ! JE NE VEUX PLUS VOUS VOIR ! PLUS JAMAIS ! »

Sur ce, elle se releva, tituba un peu et partit en courant dans le couloir sombre. Elle tourna au coin et Sirius ne la vit plus. Il était tout retourné, et il ne savait pas dire pourquoi. Serait-ce parce qu’elle avait dit que c’était un mâle, un homme comme les autres, ou alors parce qu’elle le détestait autant. Il se rendit compte à quel point la jeune fille était fragile, et il n’aimait pas la faire souffrir. Il n’était pas comme ça, pas avec les femmes. Mais que disait il ? Feligan était une élève, uniquement une élève, enfin se força-t-il à croire.


***


Dimanche. Aujourd'hui était un jour de repos, sans cours, sans restrictions. Enfin presque. L'astre matinal annonçait déjà les 10heures passées, mais certains s'afféraient depuis l'aube sur le stade. Des élèves nettoyaient les tribunes, d'autres sortaient des malles qui tremblaient, cause des Cognards qui tentaient de s'échapper. Oui, aujourd'hui, comme souvent le week-end, avait lieu un match de Quidditch. Des jeunes garçons, accrochés à leur balai volant, fixaient des banderoles. Les unes rouges et ors, les autres vertes et argents. Les maisons qui éprouvaient le plus de rivalité l'une envers l'autre allait se combattre. Gryffondor et Serpentard. Alors que les préparatifs étaient en cours, les champions étaient en train de prendre un copieux petit déjeuner. Ginny, Fred, Ron, Harry, Ron étaient attablés ensemble, non loin du reste de l'équipe où figurait Dubois, Cormac McLagen et compagnie. En face deux, à la rangée de tables voisines, Drago, Blaise, accessoirement accompagnés de Pansy, fixaient avec Goyle, Crabbe et autres, leurs rivaux. Les quelques supporters présents dans la salle étaient assis sur les marches qui précédaient la table des professeurs.

Even, les mains soutenant sa tête laissa échapper du seuil de ses lèvres un soupir. Ses yeux allèrent du banc des Gryffondor à celui des Serpentard. Elle ne savait qui encourager, même si par principe, elle se devait d’être pour l'équipe rouge. Quand à ses amies, leur choix était fait depuis longtemps. À sa droite, Luna, qui avait revêtu son chapeau en forme de tête de lion ridicule, et Neville, se regardaient intensément en parlant des Boursouflets, mignonnes petites créatures vivant dans la forêt. Et à sa gauche, Cho, les mains solidement attachées derrière le cou de Cédric, jetait des regards haineux aux filles qui s'approchaient trop près de son petit copain. Seule célibataire du lot, ou presque puisque Luna et Neville n'en était pas vraiment un, de couple, elle regardait les yeux vides la porte d'entrée.

Hermione fit alors son apparition, belle et rayonnante, et s'assit à côté de son Weasley, lui attrapant le bras. Après seulement quelques secondes, Krum fit son apparition. Coïncidence ou pas, il jeta un coup d'œil à la jeune femme qui l'ignora royalement, volontairement ou non. Il continua sa route en tournant la tête, regardant droit devant lui. Viktor était toujours impressionnant et plein de fierté. N'importe où il allait, on ne voyait que lui. Il faut dire qu'il n'était pas un vilain garçon, loin de là, plutôt bien battit, grand et fort. Et un célèbre champion de Quidditch, représentant l'équipe de Durmstrang et celle de Bulgarie. À part Hermione, tous avaient fixé au moins une fois le jeune homme. Rejetant d'un geste sobre mais élégant sa cape en arrière, il tira une chaise à la table des professeurs où il avait le privilège de s'asseoir en tant que stagiaire et apprenti professeur de défense contre les forces du mal. Il se coupa du pain et le beurra avant de le tremper dans son café. Bien vite, un groupe de professeurs adeptes de Quidditch le rejoignit à la table.

Alors que tous semblaient prendre un déjeuner un peu près normal, Hagrid avait décidé de commencer sa journée avec un Hydromel aux épices, sa boisson préférée. Lupin opta pour le thé traditionnel et Rogue un aux orties qu'il avait soigneusement inventé. Tout en mangeant des porridges, ils parlaient entre eux à voix basse, pariant sur les équipes. Plusieurs fois la discussion avait faillit partir en dispute. La plupart des prof étaient pour Gryffondor, et Rogue tentait du mieux qu'il pouvait de défendre sa maison, lui ventant ses qualités. Mais ils mirent fin à leur conversation en s'esclaffant. Pour Krum, il était du côté qu'Hermione supporterait, s'était pour lui une évidence. Quant à Hagrid, il était pour son petit protégé qui tenait le rôle d'attrapeur, Harry. Et on pouvait bien se douter que s'était aussi le cas pour Sirius et McGonagall, malgré que cette dernière ne l'admettait pas en public, question de principe.

L'horloge mit fin au brouhaha de la salle en sonnant les 11heures. Tous avaient finit de déjeuner, les élèves avaient quartier libre jusqu'à l'heure du repas, et ils assisteraient si ils voulaient par la suite au match. Harry se leva et pris la main de Ginny pour l'aider à se relever sous l'œil curieux de certains. Il jeta par la même occasion un regard par dessus l'épaule de la rouquine, histoire de percevoir la réaction d'Even. Mais la jeune femme qui s'inquiétait pour rien songeait encore et lorsqu'elle aperçut Harry et Ginny main dans la main, elle fronça une seconde les sourcils. Puis, se rappelant qu'elle en avait effectivement entendu parler de leur couple, tourna la tête vers les Serpentard. Harry mit sa bouche de travers puis alla en direction des dortoirs pour récupérer quelque chose, accompagné de ses fidèles acolytes. Neville les rejoignit quittant difficilement les beaux yeux de Luna. La blonde lui sourit et prit par le bras ses deux amies de la même maison, direction dehors. Alors que Cho embrassait une dernière fois Cédric, elles passèrent la porte, croisant Feligan qui avait manqué de peu Ginny. Se saluant brièvement, la jolie blonde parcourue du regard la grande salle qui de vidait peu à peu. Puis ses yeux rencontrèrent ceux de Sirius. Ni une ni deux, elle tourna les talons et déguerpis de son champ de vision, visiblement encore vexée. Le prof soupira. Il ne savait s'il il devait s'excuser ou non.


***


Un bruit de trompette annonça le début du match. Les sept joueurs de chaque équipe entrèrent sur le terrain avant d’enfourcher leur balai volant et de regagner le côté du stade qu’il leur était destiné. Gryffondor à gauche, Serpentard à droite. Un garçon s’avança au centre. Il lança le Souaffle en l’air, et libéra le Cognard. Bientôt il desserra son poing, laissant échapper un Vif d’or. Un autre bruit et les joueurs se penchèrent à l’unisson sur leur manche pour se jeter sur les balles. Dans un tintamarre ahurissant, les batteurs tapaient furieusement sur le Cognard, l’envoyant sur leurs adversaires. Fred tentait désespérément de l’envoyer sur Terence Higgs mais celle-ci plus rapide que lui esquiva presque sans mal, le Souaffle sous le bras. Ron qui occupait le poste de gardien déglutit difficilement en voyant la jeune femme arriver à toute allure sur lui. Se mettant plus en avant pour mieux protéger les cerceaux en ors, il se prépara à arrêter la balle. Mais Terence qui avait baissé sa garde un instant en continuant sur la même trajectoire fut soudainement éjectée de son balai. Plus haut, Fred se frotta les mains, fière de lui.

Dans les tribunes, quelques cris de peur et de surprise fusèrent. Even et Feligan qui assistaient à leur premier match de Quidditch en direct semblaient déconcertées face à la violence du choc alors qu’à côté d’elles, Cho et Luna rigolait en commentant le match.

Malgré la brutalité avec laquelle Fred avait cogné la jeune femme, elle se releva et remonta sur son balai, furieuse. Quant aux attrapeurs, les pires ennemis, Harry et Drago, ils essayaient d’attraper le Vif d’or, tendant un bras devant eux. Ils se poussaient méchamment et se lançaient des injures et des provocations. Et sans qu’on s’y attende, la petite balle dorée fit un angle droit et prit de l’altitude. Redressant leur manche du mieux qu’ils pouvaient, les deux garçons la suivirent à une vitesse vertigineuse. Bientôt ils disparurent derrière les nuages. Alors que tous les regards étaient fixés sur le ciel, une cloche retentit. Ginny Weasley venait de marquer un point et levait les bras en poussant un cri de victoire. Les supporters de l’équipe de Gryffondor redoublèrent leurs hurlements, agitant des petits drapeaux rouges en l’air. Mais à peine eurent-ils le temps de se concentrer à nouveau sur le match, que l’alarme se déclencha encore une fois. Blaise Zabini venait à son tour de marquer et les visages se rembrunirent bien vite pour Gryffondor, alors que Serpentard eut aussi son moment de gloire. Les buts étaient rares, ne laissant jamais une équipe laissant prendre l’avantage sur l’autre, le match étant terriblement serré. On ne comptait presque plus que sur les attrapeurs qui avaient disparu depuis déjà plusieurs minutes.

L’inquiétude commença à se faire une place dans les tribunes, tous les yeux rivés sur les nuages. Puis soudain, Neville se leva et montra du doigt un minuscule objet qui redescendait en criant. Le Vif d’or revenait. Mais sans ses poursuivants. Des murmures s’élevaient des tribunes. Puis Luna plissa les yeux en croyant apercevoir quelque chose, et dès qu’elle eut son affirmation, cria :

- « C’est Harry ! »

En effet, le jeune homme apparut suivit de près par Drago. Revenant à sa hauteur, il prit à peu à peu l’avantage, se rapprochant dangereusement de la balle. Ses doigts frôlèrent la surface dorée mais la petite chose accéléra d’un coup, comme si ce contact l’avait effrayé. Se penchant d’avantage pour prendre de la vitesse, il la toucha de nouveau. Derrière, Harry cria une insulte à l’égard de Malefoy. L’ignorant de nouveau, il dû s’arrêter net pour éviter un Cognard. Harry eut un sourire de victoire, c’était lui en tête désormais. Plus bas, Goyle, qui tenait le poste de batteur, fonça sur la grosse balle et la percuta de plein fouet avec sa batte. Le brun à lunette n’eut pas le temps de riposter : L’objet l’atteignit avec une force terrible. Il hurla sur le coup, et fut désarçonné mais s’accrocha au manche de son balai. À peu assommé, il n’entendit qu’à moitié la trompette mettant fin au match. À quelques mètres de lui seulement, Malefoy, fièrement redressé sur son Nimbus, laissa échapper un cri euphorique. Dans sa main, deux petites ailes en or se recroquevillèrent. Des banderoles vertes s’agitaient et claquaient dans l’air.

- « Et c’est l’équipe de Serpentard qui gagne ! 180 points à 110 ! »

Dans les tribunes, tout le monde applaudissait. Après tout, ce n’était qu’un match amical. Les champions regagnèrent les vestiaires et rangement, épuisés. Quant à Harry, il fit un tour à l’infirmerie, ayant un mal de tête infernal.

En sortant des loges, Ginny, son sac et son balai sur l’épaule, ramena ses longs cheveux roux dans ses mains et les attacha en queue de cheval. Se faufilant à travers les élèves qui stationnaient encore près du stade pour féliciter les champions, la rouquine aperçu au loin Cédric. Baissant la tête, elle marcha dans sa direction, faisant mine de ne pas l’avoir vu. Elle arborait un visage aux traits tordus par la déception, volontairement bien sûr. Le brun posa alors sa main sur l’épaule de Ginny et lui lança un grand sourire pour l’encourager. La jeune fille lui rendit son geste timidement et dissimula sa jubilation. Devait-elle se jeter dans ses bras ou fondre en larme devant lui ?

- « Tu as très bien joué Ginny, ne soit pas déçue. »

Elle sursauta, ses paroles ayants interrompu le cours de ses pensées pas très innocente.

- « Merci Cédric, mais après cette défaite je ne peux que l’être.
- C’était un match amical, vous vous rattraperez. »


La jeune fille lui lança un regard langoureux. Cho qui n’était jamais loin de son petit ami, quitta Luna et s’avança vers eux en fronçant les sourcils. Mais Ron interpella sa sœur avant qu’elle ne reçoive une leçon de moral de la part de son amie. Amie devenue rivales en quelques sortes, et ça depuis presque toujours. La jeune fille fit un signe de main à Cédric puis quand elle vu Cho, lança d’un air angélique :

- « À plus Cho, on se voit tout à l’heure. »

Elle tourna les talons et rejeta une mèche de cheveux derrière son épaule.

***


Pendant ce temps, Harry s’était isolé dans la sombre pièce à côté des vestiaire, il avait fallu six ans, six ans pour que Malefoy attrape le Vif d’or. Et c’était ce jour là, alors que Even n’avait d’yeux que pour son adversaire, au lieu de le battre et de s’attirer son regard bordeaux, il s’était loupé. En beauté. Il frappa son poing contre le mur, et ressentit immédiatement une douleur fulgurante à sa main. Qu’elle idée de percuté un mur de pierre. Il ne savait plus ce qu’il faisait, la seule chose qui aurait pu le soulager était un Hydromel vieilli en fût, mais il n’en avait pas à disposition. Il décida finalement de sortir de la salle au mur noir et recouvert de mousse. Mais lorsqu’il ouvrit la porte, la voix de Krum retentit, et Harry resta caché malgré lui, une vieille habitude.

- « Pourrrquoi m’évites tu ?
- Viktor lâches moi, je n’aurais jamais dû t’embrasser, c’était une erreur. Maintenant pars s’il te plait. »


Harry resta coi, il aurait pu s’attendre à n’importe quelle voix, mais celle là, jamais il n’aurait voulu l’entendre. Comment Hermione avait elle pu faire ça à Ron. Elle l’aimait, il en aurait pourtant mis sa main à coupé. Mais maintenant il savait pourquoi sa meilleure amie avait paru si distante ces dernières jours. Qu’allait il faire maintenant, jamais il pourrait avouer la vérité à Ron, ça le briserait. Et Hermione aussi, car malgré le fait qu’elle est embrassé Viktor elle tenait à Ron. Non, elle ne tenait pas à lui, sinon elle n’aurait jamais pu faire ça. Mais qu’est ce qui lui était bien passé par la tête, elle qui était normalement calme et réfléchie. Il entendit les pas d’Hermione s’en aller au loin, et il sortit de sa cachette, le cœur battant à mile à l’heure. Il avait besoin d’une oreille attentive maintenant, une qui ne serait pas Weasley ni Granger de préférence. Il alla donc à la volière, en envoya un courrier à Sirius. Bien qu’il soit dans le collège, il était maintenant compliqué de passer du temps ensemble, ici, Sirius était professeur Black, et rien d’autre. Il soupira, accrocha la lettre à la patte de Hedwige, qui s’envola droit vers la fenêtre de la tourelle nord. Harry descendit les escaliers de la volière, et partit prendre une grande douche froide après tout, c’est la seule chose qui lui remettrait les idées au clairs.


***


Malefoy était dans le dortoir des Serpentard, l’ambiance vert émeraude lui avait manqué, tous c’étaient rassemblés ici après la victoire de leur maison contre les Gryffondor. Qu’est ce que Drago se sentait bien ici, entouré de tout ces verts-argents, idolâtré comme il l’était. Avoir écrasé St Potter sur le terrain ou celui-ci était le plus doué, ce n’était pas rien après tout. Malgré la présence de tout ce beau monde, le Serpentard se prit à penser à une jeune femme en particulier. Elle n’était pas venue le féliciter après sa victoire, peut être préférait elle rester avec le balafré que de venir avec lui. Impossible. Il était beaucoup plus séduisant. Elle devait juste être timide. Après s’être assis dans un des fauteuil en velours vert, il essaya de chasser la jeune femme de ses pensées, mais l’image de ses yeux bordeaux et de ses cheveux cuivré le hantait. Et il n’aimait pas ça, pas ça du tout.


***



- « Tu comprend Remus, elle m’a regardé avec tant de hargne. Je me sentait si mal, tu penses que j’en ai trop fait ? » demanda Sirius

Le professeur de Défense Contre les Forces du Mal c’était rendu à l’évidence, face à la jeune fille il ne savait plus quoi faire. Il avait attendu quelques jours après le drame de l’autre nuit pour demandé à son ami de longue date de l’aider, lui qui avait l’habitude de parler à des adolescent.

- « Elle t’a vraiment dit que tu étais un homme comme les autres ? » demanda Lupin qui n’arrivait pas à croire qu’une élève puisse manquer de respect autant à un professeur.
- « Ouais, que j’étais un homme, un mâle. Je ne la supporte plus, elle est d’une impertinence. Et puis elle s’amuse à me lancer des piques. Bon plus maintenant vu qu’elle ne supporte plus ma vue. C’est dur de se rendre compte qu’on peut dégoûter à ce point une adolescente. »
- « Il faut que tu comprennes Sirius, que Feligan n’est plus une fille en pleine crise d’adolescence justement. C’est une femme, et elle a un sacré caractère, il va falloir que tu te la coltines, tu ne peux pas faire sans tu le sais très bien. Et puis tu as des élèves plus saoulants qu’elle, pourquoi te préoccupe tu tellement de ce qu’elle peut bien penser de toi ? Je sais que tu n’as pas l’habitude que l’on te haïsse mais ce n’est qu’une élève toute aussi insignifiante que les autres. »


Sirius acquiesça de la tête, une rage professeur-élève était tout à fait normal, chaque personne avait sa bête noire. Rogue, c’était Harry, Lupin détestait Cho Chang et McGonagall se faisait violence à chaque cour pour ne pas lancer un sort à Drago Malefoy. Et bien, lui il avait trouvé son nuisible : Feligan Blood, et quel superbe nuisible.

_________________
Les 10 commandements:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wolfs-rain.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Proximité Équivoque. [Harry Potter, série 1]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Convention harry potter
» Quel est votre tome préféré de Harry Potter ?
» Quel est votre personnage préféré dans Harry Potter
» aide pour un cadeau Harry Potter
» Harry Potter and the Deathly Hallows, le livre [News et commentaires, 100% spoiler ATTENTION]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf's Rain RPG :: Pause (hors RPG) :: Le côté des Artistes :: Fanfictions :: Fanfictions-
Sauter vers: