Wolf's Rain,forum RPG. Suivez la trace de Kiba, Toboe, Hige et Tsume afin d'échapper aux guerres, de survivre et peut être même retrouver ... Le Rakuen.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits

Aller en bas 
AuteurMessage
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Mer 5 Juin - 19:20


« Le jardin Magique »


Prologue :

Des livres, sa Melia en avait. Des milliers, des millions ! Un père, elle en avait un, c’est même à lui qu’appartenait les livres qui sont éparpillés un peu partout dans la maison. Une mère… Elle en avait eu une mais maintenant elle était, on ne sait où et Melia s’en inquiétait ! Mais son père moins, il prétendait savoir où elle était. Sa mère s’appelait, si Melia s’en souvenait bien, Rosella, quand Melia devait avoir environ deux, trois ans elle l’appelait Ro. Son père s’appelait Marian mais comme Melia trouvait ce prénom trop long elle l’appelait Ma. Ma avait une passion pour les livres qu’il communiqua rapidement a sa fille Melia. Donc Ro était «disparue» et Ma ne s’en inquiétait pas !


Chapitre 1 :
(Mélia) Une visite incongrue.


 Donc Ro était «disparue» et Ma ne s’en inquiétait pas ! Mélia relu pour la troisième fois sa ligne avant de ne plus rien comprendre à sont livre. Quand elle comprit pourquoi, elle refera son bouquin, trop énervée pour continuer à lire.
 Elle glissa son marque-page a la page ou elle c’était arrêtée Ce marque page était une photo rectangulaire de Ma et de Ro, à l’âge de vingt ans entrain de s'embrasser,Ma avait les cheveux brun et long attachés par un noeud papillon a cette époque quand à Ro elle était blonde et avait les cheveux longs et détachés. Au bout du marque page se trouvait un ruban rouge qui retenait dans un joli flo un cœur qui s’ouvrait, il y était inscrit à l’intérieur :
   -Mon poussin
   -Mon amour
   -Ma chérie
   -Mon cœur
   -Ma …
 Tien ! Le dernier n’était pas terminer, comme si le surnom n’avait jamais été fini, laissé la en suspens comme si la personne à qui il était déstiné avait subitement disparue, surprenant, Ma finissais toujours ce qu’il commençai, comme les livres. Mélia descendit en bas dans le bureau de Ma pour lui demander. Celui-ci se fâcha rouge de colère, il lui dit que cela ne la regardait pas et que même si elle regardait ce qui y était inscrit, elle ne devait en aucun cas lui demander le pourquoi du comment de ce qui y était écrit car, elle était grande et pouvais comprendre, ça le faisait toujours souffrir.
 Mélia se mit à courir dans sa chambre en pleurant et comme il n’aimai pas voir sa jeune fille de 14 ans, blonde au cheveux long et ondulé, (sa sillouette était grande, fine et élancée et les formes de sa poitrine et de ses anches commençait à se déssinés), ainsi il se mit à la poursuivre dans la maison. Prenant peur elle se mit à hurler. Puis ils ne se souvinrent plus comment ni par quel hasard ils arrivèrent ensembles dans les bras de l’un et de l’autre dans l’atelier de Ma, au milieu de la pièce en regardant ahuri la table de travail a quelque pas devant eu.
 Ils se ressaisirent et montèrent directement dans la chambre de Melia. Ma partit immédiatement après lui avoir dit de bien dormir. Melia alluma ses cinq bougies dans de magnifiques photophores à l’aide d’une allumette. Elle aimait beaucoup lire a la lueur d’une (ou plusieurs) bougie.
 Melia s’apprêtait à ouvrir son livre lorsqu’elle aperçu un ombre. Elle souffla vite ses bougies et attendit. Peu de temps après, Ma ouvrit la porte et Melia profita du grincement pour ouvrir sa fenêtre. Quelque secondes après Melia «espionnais» Ma et l’inconnu parler :
«-Langue de feu ! que fais-tu là ?
 -Eh bien, je viens te prévenir que Doigts
 glacés va te retrouver très bientôt. Fais attention ! il sait que ta femme … dit l’inconnu.
 -Chut ! Je sais, l’interrompis Ma, mais arrête Melia écoute peut être. Entre nous parlerons après !
 -D’accord, au fait tu savais qu’elle a des bougies, qu’elle allume pour lire ?»
 Elle n’entendit pas la suite car Ma fermi la porte sur Langue de Feu. Elle ferma alors sa fenêtre et se glissa sous sa couette en cachant sa boite d’allumette dans le lit. Elle entendit alors Ma monter les escaliers, et décida qu’elle ferait mieux de s’endormir.
 Ma ouvrit la porte violement et Melia sursauta, elle était trahi ! Elle ouvrit alors les yeux pour découvrir Ma ses cheveux gris-poivre coupé court décoiffés comme d'habitude paraissaient bouger, voir même vivre, sont visage d'habitude souriant et ses yeux bleu-gris rieurs et intelligent était défiguré par la colère,ses rides qui d'habitude était à peine visibles était là accentués comme jamais auparavant, elle voyais bien ses "pates d'oies" qui d'habitude ne se montrait que quand il lisait ou bien riait son plis sur le front qui n'était visible que quand il réfléchissait était la bien à la vue de Mélia et sa voix grave et suaves habituellement ressemblait à ce moment à celle de "Dark-vador" mais en plus terrifient car il hurlait:
«-Tu nous a écouté ! Mais en plus, moi qui te faisais confiance, j’apprends que tu allume des bougies ! Sa c’est le comble ! Je suis déçut, déçut. hurla-t-il.
 -Mais papa je …
 -Tais-toi ! Tais-toi je ne veux plus entendre un mot de plus, ce n’est pas la peine de m’appeler papa ! Non car il est l’heure !»
la coupa-t-il avec un visage trahissant une mauvaise intention puis il se transforma en Langue de feu, le visage mat et des brulures autour du nez ses yeux rouges couleurs flammes et ses cheveux roux longs attaché par un noeud papillons. Melia se mit à hurler :
«-Non papa ! NON !
 -Melia ma chérie ! C’est l’heure !»
lui cria son père depuis l’escalier, la jeune fille sentit un immense soulagement à l’idée que sa n’avait été qu’un rêve. Son père entra dans la chambre les bras chargé d'une valise rouge et d'un plateau bleu tuquoise remplis à ras-bors pour le petit déjeuné de sa fille :
«-Bonjour ma puce, sa fait dix minutes que je t’appelle, en vains puisque vu l’heure qu’il est tu devais être encore dans un sommeil profond.
 -Oh, désolé en fait je faisais un horrible cauchemar ou tu invitai un inconnu nommé Langue de Feu je crois et après tu venais te disputer avec moi et j’ai eu très peur !
 -Eh bien, … comment dire … bafouilla-t-il, ce n’était pas vraiment un rêve …
 -Ha bon ?
 -Du mon une partie, celle ou j’invitais Langue de feu.
 -C’est un inconnu papa ...
 -Non justement …
 -Si ! Enfin pour moi et même si c’est un ami a toi je ne veux pas le voir !
 -Sa suffit maintenant ! hurla-t-il, tu va le rencontrer, c’est un vieil ami a moi et il nous aide et nous accompagne car nous partons. Alors cesse de hurler et prépare tes affaires !
 -Pardon papa. s’excusa Melia calmée par les hurlements de son père.
 -C’e n’est pas grave mais tache de ne plus recommencer à l’ avenir !»
Elle prit son déjeuner avec Ma étrangement silencieux. Après il l’aida à préparer ses affaires et lui donna trois carton deux pour ses livres préférés et l’autre pour ses objets les plus cher a ses yeux.
 Elle mit dans les deux premiers ses livres préférés et dans l’autre mit ses bougies, sa boite à allumettes, sa peluche préféré, sa mini-chaîne, son baladeur et ses disques. Ensuite elle ferma les cartons et regarda la liste posée sur la valise :

«-Dix T-shirts
 -Cinq jeans
 -Sous-vêtement, chaussettes
 -Deux Pull-overs et deux gilets
 -Une veste d’hiver, printemps, été et automne
 -Chaussures (toutes)»*
 Contente d’elle, elle rajouta sa trousse de toilette préparé gentiment par Ma. Ensuite elle glissa dans son sac d’école sa trousse, deux cahiers une trousse avec trois compartiment (dans le premiers ses feutres, dans le deuxièmes ses crayons de couleur et dans le troisièmes des stylos a encre gel brillants et colorés), une trousse de peinture, deux

*ce qui est en italique est écrit à la main.
petite toiles blanches, son ordinateur portable, le chargeur de son MP4, son chargeur, sa souris, le chargeur de son appareil photos, sa pochette de carte mémoire vide et pleine ainsi que son album photos. Satisfaite, elle ferma son sac et sa valise.  
 Elle prit ensuite son sac de voyage dans lequel elle glissa des feuille classé par pochette, son stylos plume, des cartouches d’encres, son MP4, son appareil photos, une pochette de batterie pleine et son matériel photographique.
 Elle ferma ensuite son sac et descendit alors sa valise et son sac à dos et garda son sac de voyage sur elle pour pouvoir rajouter les objets qu’elle voudrait encore emmener. Elle s’apprêtait à partir quand elle aperçut sont livre posé sur la table de nuit, elle le prit ainsi que sa «collection» de marque page (celui de Ro, de Ma, de Ma et Ro, et celui de Ma et d’elle et enfin le sien. Ma l’appela :
«-Melia ! On part, dépêche toi de descendre !
 -J’arrive ! lui cria-t-elle.» Elle pensa : «Je vérifie que nous n’avons rien oublié.".
 Elle fit le tour du 1er étage pour vérifier que rien ne manquait a l’inventaire, puis quand elle s’apprêtait à faire de même au rez de chaussez Ma l’appela :
«- Dépêche-toi ! Vite descend et grimpe ans la voiture, nous n’avons plus le temps de vérifier toute la maison ! Vien, on t’attend dans la voiture LdF* et moi ! On doit partir tout de suite ! Dans 5 minute au plus tard tu es dans la voiture, pas plus !»
 Elle fit alors l’inspection du rez de chaussez et en 5 minutes montre en main elle était dans la voiture prête à

*Ma le dit en entier, soit : Langue de feu et moi !
partir, tout les cinq dans le minibus. Il était minuit pile,  
 Ma alluma le moteur et appuya sur l’accélérateur, le portail était ouvert, heureusement d’ailleurs car il partir a une vitesse effrayante et laissèrent la maison, le portail ouvert ainsi abandonné. Mélia eu une petite pensée pour les voisin, qui certainement le lendemain, en voyant le portail grand ouvert et la maison vide, appelleraient la police pour savoir ce qui leur était arrivée. Elle s’installa sur son lit. Habitué par les voyage en minibus, Ma lui en avait construit un, pour l’occasion il avait improvisé deux couchettes l’une au dessus de l’autre, il y avait aussi le coin cuisine habituel et la petite «salle de bain».        
 Melia s’endormit rapidement bercée par le moteur. A son réveil ils étaient à l’arrêt et il faisait jour. Son père prenait de l’essence. Elle remarqua aussi la «disparition» de LdF. Elle descendit de la voiture, son père l’embrassa en payant l’essence. Ensuite il gara le minibus près de la cafétéria et ils entrèrent de dans. Alors Ma lui demanda :
«- Que veux-tu pour ton petit déjeuner ?
 - Je veux bien … un chocolat chaud et un pain au chocolat s’il-te-plait Ma.
 - D’accord, va rejoindre LdF, il est la bas et il te fait des signes !
 - Oui bien sur, merci ! Je vais le rejoindre de se pas.»
 Elle se dirigea vers la petite table cachée dans un recoin de la cafétéria. Puis elle s’assaya en face de lui :
«- Bonjour !
 - Bonjour Melia sa va ?
 - Oui et vous, bien dormi ?
 -Très bien, mieux que d’habitude !
 - Ah bon ? Vous dormez mal habituellement ?
 - Je vois que vous faites connaissances tous les deux !
 - Oui ! Melia, arrête de me vouvoyer s’il te plait !
 - Oui si vous euh non, si tu veux !
 - C’est bien mieux comme ça ! Ta fille à beaucoup grandit depuis la dernière fois, quel âge a-t-elle ? Dix ans ? Elle avait quel âge ce jour là ?
 - Hum, on en a déjà parlé hier soir, tu ne te souviens pas ?
 - Ah ! si mais j’ai un petit problème de mémoire.
 - Ah, d’accord.»
 Ils mangèrent ensuite en silence puis a la fin du repas :
«- LdF tu veux quelque chose de plus pour ton petit déjeuné ?
 - Hum… non merci Ma, c’est très gentil mais j’ai déjà mangé suffisamment, puis il ajouta tout bas de façons a que seul Ma et Melia puisse entendre. DG* arrive, dépêche toi de faire des course et partons.
 - Très bien, allez dans la voiture, je fais des courses et j’arrive.
 - Super dépêche toi ! Et toi Melia cour vite dans la voiture !»
 Ma arriva peu après les bras chargé de courses. Melia lui ouvrit alors la porte et lui pris les courses des mains, puis pendant qu’il grimpait dans la voiture elle fermi la porte et il appuya sur l’accélérateur. Melia rangea les courses puis proposa à LdF:
«- Voulez …euh non ! Veut tu jouer a un jeu de

*LdF le dit en entier, soit : Doigts Glacés.
société ?
 - Non merci, pas pour l’instant. Il est plutôt préférable que je me repose !
 - Bien sur pas de problème !»
 Elle prit alors une pochette de feuille et une pochette vide et écrivit sur une feuille blanche :

«Rapport d’enquête sur LdF et Ma 1 :

Ils sont amis.
LdF est bisar, différent.
LdF surgit de nulle part.
Ma le connais.
LdF est plus au courant que moi sur la disparition de ma mère.

Conclusion :

Une toute petite qui ne m’avance a rien (Ma, LdF et ma mère était amis).»
*
 Furieuse de sa conclusion, Melia rangea les pochettes et sa feuille rageusement dans sont sac. Elle regarda ensuite sa montre, il était 11h. Elle fit alors trois sandwichs au jambon beurre, trois au fromage et trois a la confiture.    
 Une fois qu’elle eu tout fait elle alla demander a Ma :
«- Le repas est près, il n’y a pas d’eau, je pas quoi et tu mange avec moi et LdF au faite il dort je le réveil ?
 -Alors tu prends six bouteilles vides et tu les remplis au robinet, tu m’en donne deux et tu garde les autres pour toi et LdF, tu me donne

*ce qui est en italique est écrit à la main.
mon repas, puis tu réveil LdF et enfin vous mangez ensemble votre repas ! D’accord ?
 - D’accord Ma !»
 Melia fit ce que son père lui avait demandé et LdF et elle mangèrent de bon cœur. Puis LdF complimenta Melia :
«- Mmh … tu cuisine bien!
 - Merci, dit-elle en rougissant ! Tu veux bien jouer a un jeu de société après que j’eu fini de laver la table ?
 - Bien sur, tu a quoi ?
 - Eh bien tien regarde ici dans ce placard, il ya les jeux de société, je vais laver la table pendant que tu en choisi un !
 - O.K.»
 Une fois que Melia eu fini de laver la table, ils jouèrent tout deux a différents jeux jusqu’au soir.
 Elle prit alors sa douche puis profita du faite que LdF prenait sa douche pour préparer des pâtes aux beurres. Ils mangèrent ensuite tout trois sur une aire d’autoroute dans le minibus.
 Ensuite LdF pris la route et Ma et Melia dormirent ensemble. Quand elle se réveilla Ma sortait de la douche et se dirigeai vers LdF pour le relayé. Celui-ci dirigea le minibus vers une aire d’autoroute. Elle sauta de sont lit et prépara le petit déjeuner. Ils mangèrent tout trois tranquillement a table sur la petite banquette du coin cuisine. Puis Ma pris la volant et LdF se couche prestement dans sont lit. Melia sortit son MP4 et son livre de son sac et mis de la musique classique. Puis elle ouvrit son roman et bouquina.
 Ma freina soudainement et brutalement, LdF tomba de son lit et ce réveilla sous le choc. Il couru immédiatement prendre Melia et la mettre dans le placard en dessous d’un des 3 lits. Puis quand Melia eu enlevé ses écouteurs il lui dit :
«- Quoi qu’il se passe, surtout ne bouge pas de ce placard ! C’est un ordre !
 - Mais … Que ce passe t-il ?!
 Rien de bien grave des bouchons mais ne bouge pas de là !
 -D’accord»
 Acquiesça Melia. Il ferma alors le placard et rejoignit  Ma. Mélia s’endormit rapidement et pendant  ce cours laps de temps, LdF donna les informations nécessaires pour prendre une route plus rapide. Mélia nota dans un recoin de son cerveau que LdF avait appelé Ma:  «Docteur Pour Livre». Quand Melia se réveilla elle trouva le minibus vide et paniqua. Elle ouvrit la porte du placard en grand et en sortit. Elle ouvrit aussi la porte de dehors puis rentra en fermant la porte, elle retourna dans le placard et attendit.


Dernière édition par lucielopes le Lun 15 Juil - 22:09, édité 5 fois (Raison : J'avais envie de partager le début de mon roman, la suite arrive.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Mer 5 Juin - 19:23

J'attend avec impacience vos comentaire et en attendant je continue a écrire la suite ;p
Et Je vous prévient l'accion arrive ! Et se seras mieux ;p

_________________
On ne peut lire entre les lignes que ce que l'on croit où veut. C'est donc à nous de décider ce qu'on lit entre les lignes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Mer 5 Juin - 21:03

J'ai presque fini le chapitre 2 mais j'aimerais avoir vos commentaires pour savoir si sa vaut vraiment la peine que je le poste ;p voila le titre en attendant ;p :
Citation :
(Marian) Une petite complication.
voila c'est bon !

Je ne posterais la suite que si vous le voulez !

_________________
On ne peut lire entre les lignes que ce que l'on croit où veut. C'est donc à nous de décider ce qu'on lit entre les lignes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linxya
Admin Linxya ♪
avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 30

Personnage du RPG
PV:
480/500  (480/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Mer 5 Juin - 23:16

Bonjour ton recit à l'air interessant et tu as l'air d'y avoir passé du temps, je le lirai le plus tot possible (avant la fin de semaine et te donnerai mes impresion prommis)

Juste un petit conseil, sois patiente nous sommes peu de menbres actif en ce moment et n'avons pas forcement la possibilité de venir tout les jours ^^ je sais c'est agacant, je suis trés impatiente xd. Mais ne t'inquiette pas ton récit sera lu et nous te donneront nos impretion ^^

Une derniere petite chose évite les double post, (sauf si ca fait plus d'une semaine que tu as posté et que tu attend une rep ^^)

EDIT

Apres avoir lu ton recit voici ce que j'en pense, je précise avant qu'il n'y a aucune critique négative, c'est juste à prendre comme conseil.

Beaucoup de repetition (appareil, appareil photo) essaye de trouver des sinonyme

N’utilise pas de raccourci tel que ldf ou alors preccise le avant.

(ex. elle decida de le renomer LDF car elle trouvait son nom trop long)

Quand Ma reviens a la cafet precise le car la on a ldf et mei en train de parler et d’un coup ma s’en mêle.

Ecrit doight glacée au lieu de dg ou alors precise avant.

A la fin tu ecrit : « LdF avait appelé Ma: «Docteur Pour Livre». » Ou la til appeler comme ca avant ?

Quelques erreur d'orthographe et de typographie mais ca sa se corrige bien (et ce n'est pas à moi de trop la ramener la dessus vu mon niveau xd)

Voilà pour les petites erreurs (selon moi bien sur) que tu devrai rectifié.

Passons au grosses erreur.

Il n’y a aucun descriptif nul part, ni des personnages, ni des lieux, et même si je prefere comme tout le monde l’action à la description elle reste importante, tu ne nous donne aucun indice sur le pysiquye des perssonnage, ni sur des lieux.

Mei à l’air de se mefiait de ldf pourtant elle lui propose de jouer avec, y a t’il une raison ? Elle veut le tester ? apprendre à le connaître ? Lui soutirai des informations ?

Sinon ton écrit est pas mal du tout et tu nous laisse habilement en plan a la fin du chapitre 1, ce qui fait que forcement on se demande ce qui va se passer ^^.

Avant de poster le chapitre deux je te consseille d'attendre la semaine prochaine que les autres menbres est eu le temps de se pencher sur ton texte.



_________________

Vient me rejoindre Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happo
Admin Happo ♪
avatar

Messages : 442
Date d'inscription : 27/10/2012
Age : 30

Personnage du RPG
PV:
130/500  (130/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Jeu 6 Juin - 21:56

Hello !

Texte super malgré quelques hic qui me déplaise :

1. Pas de description --> qui sont tes perso ? A quoi ressemble-t-il ?
2. C'est bien ton système d'étoile (*), mais ça coupe l'histoire ...C'est dommage.
3. "son MP4 appareil" Confus C'est à dire ... ça veux rien dire ^^
4. Mélia prend deux fois son appareil photos ... (une fois dans son sac de classe et une autre dans son sac de voyage !)
5. "manquait a l’aventaire" --> c'est "l'inventaire" !
6. On comprend que tu ne veuille pas écrire "Langue de feu" à chaque fois ... mais c'est mieux de l'écrire à chaque fois en entier ! Car "LdF" c'est un peu moyen ... Encore : "Ma", "Ro" ça peut aller mais "LdF" non, la c'est limite du "sms". C'est pareille pour "DG".
7. Tu dis : "tout les cinq", qui sont les deux autres perso à part : Langue de Feu, Ma et Mélia ?
8. Des fautes vraiment ... "je pas quoi et tu mange"
9. Des fautes de conjugaisons : "LdF se couche"
10. Tes personnages hurlent beaucoup, ce qui en soit n'est pas un problème, mais on se demande ou et l’amour dans des hurlements ...
11. Très bonne histoire, mais tu es jeune et débutante, c'est donc normale s'il y a quelques petits hic, qui me hérisse la nuque. Si j'ai le temps, je mettrais mon propre roman, mais je préviens q'il est un peu beaucoup chaud ^^

Voilà, sinon je ne dirais plus qu'une choses, tu as du talent alors profite s'en ! Ce n'est pas donner à tout le monde de pouvoir écrire comme tu le fait. j'imagine que tu lit énormément. Tu as une belle écriture, et une belle histoire à faire. Plus qu'à continuer, mais comme à dit Linxya, attends un peu avant de poster le chapitre 2, elle a dit 1 semaine, je te conseillerais d'attendre un peu plus car tout le monde n'a pas forcément le temps de le lire !

Voilà, j'espère que tu n'es pas trop vexé, mais je suis très consciencieux face à des textes, mais franchement l'histoire à l'air superbe ! ;)

_________________
Ma signa:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ermine
Anonyme
Anonyme
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 19/11/2012

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Sam 8 Juin - 16:40

Même avis que mon frère !

Mais bravo langue Happo mets donc ton histoire !!

_________________

Merci Happo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Dim 9 Juin - 16:37

Je vous remercie et je vais suivre vos conseils, je vais aussi reparer mes phautes de phrape et d'innatention ;p
Pour ce qui est des description, j'en ajouterais quand je les aurais.
Je te remercie particuliérement Happo pour ta remarque envers mon style d'écriture, il est vrai que je lis beaucoup et que j'ai passer beaucoup de temps à écrire se chapitre mais j'vais peur que mon style d'écriture ne soit pas correct.
Et enfin je publierais mon chapitre 2 plus tard car j'ai des problemmes avec ce chapitre.

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Happo
Admin Happo ♪
avatar

Messages : 442
Date d'inscription : 27/10/2012
Age : 30

Personnage du RPG
PV:
130/500  (130/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Dim 9 Juin - 17:39

Re !

Si tu as un problème n'hésite pas à me demander de l'aide, je suis tout ouï !
Bon courage à toi, je vais mettre le chapitre I de mon histoire dans peu de temps ;)

_________________
Ma signa:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Mer 12 Juin - 18:30

Merci, mais je pense que sa va aller (pour le moment hihi!). En tout cas je suis contente que vous me donniez des conseil ! C'est cool que tu mette ton histoire !

Encore un roman à croquer ! C'est cool sa !


Dernière édition par lucielopes le Mer 12 Juin - 18:31, édité 1 fois (Raison : I love books !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Ven 31 Jan - 19:17

Et voila enfin le chapitre 2 :

Chapitre 2:


(Marian) une petite complication :







Marian roulai pendant que Langue de feu dormait d’un sommeil paisible. Soudain une voiture noire et longue freina brusquement, il en descendit le conducteur, un brun avec une casquette bleu de chauffeur dont il se débarrassa en ouvrant la porte au passager, un blond, très blanc avec un regard gris, dur et froid. Marian freina brusquement et Langue de feu tomba de sont lit, suspendu à quelque centimètre du sol, embarquant dans sa chute sa couverture bleu marine.
Ce dernier pris Mélia, qui était tombée brutalement de son siège et ne c’était pas encore remise du choc, et la mis dans le placard en dessous du lit de celle-ci. Pendant ce temps, Marian ne cessait de s’inquiéter et d’essayer de reprendre la route tout en priant que LdF cache vite sa fille.
LdF pris peu de temps mais c’était trop, pour cacher la jeune blonde, il lui donna l’ordre ensuite de ne pas sortir du placard puis donna des indications routière à Marian. Mais comme le craignais Marian, ils n’eurent pas le temps de partir, Doigts Glacés et son sbire étaient déjà arrivés devant la porte avant du minibus.
Langue de Feu essaya de les éloignés de façons à ce que Marian puisse faire une manœuvre et partir sans lui pour le récupérer plus tard ailleurs, certainement dans un des repères de Doigt Glacés, mais ils étaient beaucoup trop forts.
Il feu assommé et ligoté, grossièrement avec de la petite ficelle, en moins d’une petite minute. Marian n’eu d’autre choix que de faire ce qu’il avait à faire c’est-à-dire fuir. Sans Mélia bien sur car il ne le pouvait malheureusement pas et que pour le moment elle était endormie et bien caché dans son petit placard. Il se volatilisa près de Langue de Feu, le déligota et s’enfuia avec Langue de Feu tout en espérant que Mélia ne sortirai pas du minibus et surtout du placard avant leur retour.
Ils se retrouvèrent à leur destination rapidement et Marian toqua chez leur future hôte. Une femme qui était vielle fille lui ouvrit avec un grand sourire. Elle regarda avec méfiance Langue de Feu qui était dans les bras de Marian et ce dernier pria pour que Brigitte l’accepte.
Brigitte était la tante de Rosella qui était la femme de Marian. Elle était comme sa nièce, blonde aux cheveux longs et ondulés comme Mélia. Son visage était rond et jovial. Elle fini par hocher la tête et lui demander :
«-Ou est Mélia ?
- Euh …
- Euh ? Fit-elle avec un mouvement désapprobateur.
- Eh bien … elle est … bégaya Marian, elle est … dans le minibus avec …
- Avec ?
- Avec … Doigt Glacés et ses sbires devant …
- Quoi ??? Mais … non, c’est impossible ? Tu me fais une blague ? Une très très mauvaise blague ?
- Non … malheureusement …
- Alors je le prends lui et tu va la chercher d’accord ?
- C’Est-ce que je contais faire mais … seulement si tu approuve.
- Oui j’approuve, non je n’approuve pas !
- Quoi ?! Mais et ma fille ?
- Je n’approuve pas, j’ordonne !
- Alléluia ! S’extasia Marian. Le problème c’est que j’ai utilisé trop d’énergie et qu’elle devra attendre un peu plus longtemps …
- En sa je ni puis rien faire …
- Malheureusement …»
Il lui donna Langue de Feu et pria encore une fois pour que Mélia reste dans sont placard sagement sans bouger jusqu’à sont retour. Mais comme il devait y aller par un moyen plus lent il fallait quelle tienne un peu plus longtemps que le temps de l’effet du «shlaffsucs». Et si Mélia sortait avant son arrivé il faudrait a tout pris la libéré coute que coute Des doigts maléfique de Doigts Glacés, et se ne serais pas une mince affaire. Mais heureusement ils étaient trois et au cas où … ils pourraient y arriver, difficilement mais c’était possible toute fois.
Mais pendant qu’il prenait les «tunnels» sans hésitations il doutait toute fois de plus en plus que Mélia serait toujours dans le placard sans bouger. Même si il l’avait endormit le plus rapidement possible avec le «shlaffsucs» c’était plus que probablement qu’il se soit déjà estompé et que Mélia allait se réveiller.
Ils soupira en pensant a ce que dirait Celia car ils avait utilisé la magie sur sa fille (un être magique contrairement a lui comme elle se plaisait a lui rappeler.) surement des reproches et des menaces et encore plus sur, elle lui retirai ses «pouvoirs» qu’elle lui avait donner ainsi que l’énergie magique. Mais comme c’était la seule solution il n’avait pas le choix.
Il arriva enfin près du minibus juste à temps pour les voire emmener Mélia dans une voiture. Ils voulu faire signe à Mélia discrètement mais elle était complètement assommée et endormie.
Marian les suivis jusqu’au repère de D.G. et une fois arrivé là-bas il attendit qu’ils entrent. Il entra à son tour peu de temps après. Le bâtiment était petit et d’un gris clair, constitué de pierre qui lui donnai un aspect Moyenâgeux. Le couloir sur lequel débouchai la porte ne donna accès qu’à deux pièces, la première où ils emmenèrent Mélia et la seconde qui débouchai sur une galerie qui descendait en profondeur. Il entra dans la deuxième et il descendit, tout en bas se trouvai des cachots, Marian les mémorisa puis retourna chez Brigitte par l’intermédiaire d’un «transacchio». Brigitte lui ouvrit la porte et tellement il était épuisé il s’évanoui.
Quand il se réveilla il était dans un lit et le jour commençait à se lever. Il ouvrit les volets et descendit dans la cuisine pour prendre son petit déjeuner et annoncer la mauvaise nouvelle à tout le monde. Il se trouva que comme Brigitte était une «Magicienne» elle avait lut dans ses trait grâce a une «magicotube» et la « magico-lesdentraitum» et qu’ils étaient tout deux déjà au courent et heureusement d’ailleurs car il n’avait as envi de leur raconter une histoire qu’il ne supportait pas.
Quand Brigitte voulut en parler, Marian s’effondra et se mit à pleurer à chaude larmes. LdF et Bri*essayèrent de le consoler et de le rassurer mais rien n’y fit il n’en pouvait plus. Sa fille avait été enlever et ses amis voulait qu’il se calme ! Sa c’était le comble ! Ce n’est pas eux qui venaient de voir leur fille se faire enlever et avait tout regardé sans rien faire pour la rassurer, la protéger ni encore moins la défendre !
Ces idées noires le firent encore plus pleurer mais au bout de quelques minutes il peu se ressaisir et il déclara :
«-Partons j’ai déjà assé trainé comme sa !

*Bri veut dire : Brigitte, et quand Marian ou quelqu’un d’autre dit Bri il le dit en entiers soit : Brigitte.
-Bien dit ! lui répondit LdF.
-Oui allons-y je m’occupe du voyage ! déclara Brigitte en sortant trois petit «bonbons». Voilà ce qu’il nous faut ! Des «transistorbonbunks» !»
Elle leurs tendit une pastille chacun et ils l’avalèrent tout trois en même temps. Ils arrivèrent alors tout trois devant le repère de D.G.
Ma pensa ensuite au souterrain et Brigitte se servit de sa «magicotube» et d’une magico pour lire ses pensés. Peu de temps plus tard elle était en train de voyager à travers les tunnels pour se rendre dans les espèces de cachots et permettre ainsi aux garçons d’y accéder.
Une fois arrivée elle appela par magie les garçons et ils arrivèrent tout deux. Ils regardèrent autour deux pour voir si Mélia était dans les cachots, mais apparemment non, elle n’y était pas.
Ils entendirent des bruits de pas et de voix et Brigitte se servit à nouveaux de sa «magicotube» et ils disparurent
tout trois.
Un homme arriva, il tenait Mélia qui était terrorisé mais n’osai pas bouger de peur d’être frappé. L’homme jeta violemment Mélia au fond d’un cachot puis partit après l’avoir détacher. LdF s’approcha, et Brigitte enleva les effets de la magico. Puis elle prit Ma avec elle et vite elle ramena le minibus en échange de sa place.
Quand Mélia les vits on peu lire sur son visage le soulagement ainsi que la joie d’être sauvée. Ils partirent tout trois dans le minibus en direction de la petite maison de Brigitte.
Mélia alla tout de suite se reposer dans sont lit, ce qui permit à Marian et à Langue de Feu de parler tranquillement :
«- Bon, nous avons retrouvé ta fille, s’exclama Langue de Feu, mais maintenant que devons nous faire d’elle ? Si je ne me trompe je crois qu’il est grand temps pour elle de partir suivre sa formation ?
- En fait oui, mais tu me connais je … Je ne voulais pas bouleverser son monde trop vite et tout cela et … elle n’est au courant de rien de tout cela … pourquoi crois tu que Brigitte est partie ?
- Ah … C’est donc cela !
- De quoi ?
- Rien mais je m’en doutai … C’était sur, d’autant plus que si elle était au courant, elle serait déjà en route pour le jardin magique non ?
- Oui, en effet mais j’ai peur que nous ne soyons obliger d’y aller, je crois que sa majesté nous appellent moi et ma fille … Mais enfin bon … Il est temps qu’elle sache enfin toute la vérité mais j’ai peur de sa réaction …
- Je comprends …
- Non tu ne peu pas comprendre … Tu n’a pas de fille de cette race …
- Non ça c’est sur car je ne le peu pas … Mais j’ai eu une fille qui ne savait rien sur sa race comme tu dis … Et quand j’ai du tout lui dire j’avais peur …
-Ah … je ne savais pas …
- Hum hum, tu ne savais pas et je ne voulais pas te le dire mais enfin bon …
- Pourquoi ne voulais-tu pas me le dire ?
- Parce que je ne voulais pas que tu fasses la même erreur que moi …
- Laquelle ?
- Celle que tu as faite …
- Celle que j’ai faite ? Quoi ? Sa c’est mal passer elle à mal réagit ?
- Non en fait ce n’est pas ma fille, c’est sa mère et la reine de mon espèce comme tu dit …
- Ah, non moi sa mère et la reine son au courant et elles sont d’accord sur ce principe car c’est le seul moyen pour la protéger de Doigts Glacés avant sa formation.
- Tu en as de la chance … Moi j’ai presque été banni …
- Je suis humain à pars entière moi.
- Ah bon ? Je ne savais pas ! s’exclama Langue de Feu sur un ton sarcastique.
- Coucou, me revoilà ! s’écria Mélia à peine levée.
- Coucou, tien on est presque arrivé ! Dirent en chœur Langue de Feu et Marian
Marian fit sa manœuvre pour se garer et ils descendirent tout les trois du mini bus. Marian leur fit visiter l’immense jardin qui s’étendait du portail jusqu’à la maison.
D’un coté il y avait un labyrinthe de buisson haut, de rosiers rouge et de haies qu’il firent tout trois, une fois arrivés au milieu il se reposèrent sur un banc qui était placé devant une fontaine de marbre blanc qui représentai une fée assise sur une pierre qui versait de l’eau d’une noix, dans le bassin en dessous, pour l’éternité. Autour de la fontaine était placé des rosiers rouge, grimpants jusqu’au bassin et parfois même jusqu’à la pierre mais aucun ne touchai la fée.
Apres s’être reposés cinq bonne minute ils repartirent. A l’arrivée les rosiers rouge formait un arc de cercle pour les laisser passer et il descendait un peut pour former le mot : «Bienvenu», d’une écriture distingué et magnifique.
A la sortie ils débouchèrent devant un chemin bordé de fleur, qui les mena par mille détour à un superbe bosquet, qui était lui aussi entouré de roses rouges qui lui grimpai dessus jusqu’au sommet. La ils se reposèrent encore une fois puis repartirent, le chemins suivant était bordé d’arbres mais aussi de fleurs et celui-ci les mena par mille détours à un jolie petite cabane qu’ils contournèrent.
Elle était entouré de fleurs de toute colories et était faite en bois mais ils ne s’attardèrent pas, car il devait se dépêcher à cause du soleil qui commençais à se coucher.
Le chemin suivant était bordés de haies, de fleurs et d’arbres et il les mena par des détours, des tournant des retours et bien d’autre moyen encore devant une maison de brique rouge, ou de la vigne vierge grimpais à certains endroits d’autre était nus et d’autre encore était à moitiés recouverts de roses rouges.
Marian se dirigea vers la porte d’entrée, majestueuse en bois brun foncé dons le haut était sculpté de petite fées assise sur des roses. Il prit le marteau et toquas.
Pendant ce temps Brigitte était partie chez elle et elle organisait certain détails. Un oreiller à redresser deux lits à faire, un autre à redresser, des rideau à changer, du linge sale à laver de la cuisine à faire, la table à mettre, la vaisselle à laver etcetera.
Enfin quand tout fut fait elle s’installa tranquillement sur le canapé et elle appela sa sœur avec sa magicotube :
«-Bonjour Rosella c’est Brigitte !
-Brigitte ! Comme tu m’as manquée, ils arrivent ?
-Bientôt, c’est pour ça que je t’appelle, je ne pourrais plus après, car elle sera là et qu’elle n’est pas encore au courant.
-Il m’avait pourtant promis …
-Je sais mais il n’est pas très allaise et … Il ne sait pas comment si prendre pour qu’elle ne réagisse pas mal …
-Mais tout simplement en lui disant quand elle était toute petite !
-Oui mais que veut tu le temps est passé, il faut faire avec.
-Tu as raison.
- Eh oui. C’est comme ça, ta grande sœur à toujours raison.
-Arrête d’exagérer.
-Je n’exagère pas ! Enfin si peut-être un petit peu mais bon …
-Il faut que je te laisse c’est la fin de ma pause et je sens qu’il ne va pas tarder à pouvoir entendre si on na raccroche pas bientôt.
-Oh, qu’il est embêtent Doigts Glacés !
-Oui gros gros bisous !
-Bisous, à bientôt !»
Le bip de fin de communication retentit quelque secondes puis ce fut un tout autre bruit qui imprégna la maison. On toquait à la porte ! Un… Deux … Trois … Quatre, c’était eux, ils étaient arrivés!
Brigitte se redressa prestement et couru leur ouvrir. C’est en croisant un miroir qu’elle prit peur, elle se recoiffa et se rhabilla et quand elle fut satisfaite de son image elle ouvrit.

_________________
On ne peut lire entre les lignes que ce que l'on croit où veut. C'est donc à nous de décider ce qu'on lit entre les lignes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linxya
Admin Linxya ♪
avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 30

Personnage du RPG
PV:
480/500  (480/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Jeu 6 Fév - 10:38

Sa y est j'ai enfin lu ton chapitre deux.

Bien bien, alors résumons, (ce qui bien sure est fait pour t'aider et non te dégoutter)

Déja je suis contente de voir que tu as fait des descriptoion des lieux (pas tous certes mais il y en as quand même ce qui permet d'imaginer plus facilement à quoi cela ressemble)

Par contre gros point à corriger, tu utilise des termes spécifique tel que shlaffsucs, (j'arrive même pas à le prononcer mdr, mais c'est pas grave ca). Ca serrait bien que tu en dise plus sur ce que c'est) la on part sur une histoire basique et d'un coup on découvre qu'il y a de la magie, ok pas de probléme la dessus, mais l'entré est trop fracassante, il te faudrait décrire un peu ce que veule dire tes termes, voir coment sa s'utilise Sinon le pauvre lecteur se sens perdu et ne comprend rien.

Je ne sais pas si tu connais les livres "tara duncan" mais le principe est plus ou moins le même que ton histoire (plus ou moins hein) sa démare sur la même base, (ou presque) si tu ne l'est a pas lu (oui bon ya déja 11 tomes xd) je te les consseilles, au moins le premiers tomes pour voir comment il intégre la magie dans le monde réelle.

Les diminutif, je te l'avais déja dit mais sa nous fait galérer à comprendre, à la limite tu peut les utiliser mais en les présentant.

ex: Brigitte, aussi surnomé Brie.... bla bla bla.

Le passage de l'enlevement de ton héroine a son sauvetage est un peu flou, on as du mal a suivre, il laisse la fillette en plan revienne, reparte, arg on comprend pas forcement pourquoi, il te faudrai décrire les sentiment que ressente les autre persos, en fait tu fait la même erreur que moi dans mon roman c'est que tes perso n'ont pas d'ame. On ne sait pas ce qui es animes, comment eux ressente les chose, en gros on dirait des pantins sa n'empeche en rien la lecture mais sa manque de profondeur.

Déja est ce que tu as un fil conducteur pour ton histoire? (c'est quoi le fil conducteur? Pour répondre à ca, c'est en résumé une questions à l'aquelle tu répond).

Pour mon roman mon fil conducteur est: Suis ton l'éducation de ses parent ou non? (et comme j'en est deux (un pour chaque perso) Doit ton suivre sa raison ou ses sentiment? ) Le premier concerne mon Héroine qui à intégrer une guilde mais doit la trahir, au début sa change rien dans le fondement, mais avec la progression de l'histoire elle va s'intéroger, se demander si elle a raison de suivre son pére, de lui faire confiance, ou si elle ne doit pas (la réponse peut etre oui comme non) Le deuxiéme fil conducteur concerne le heros masculin. Au début de l'histoire il suis toujours son instinct,n sa raison, laissant ses sentiment de côté pour se préserver en quelques sorte, mais arrivé à un moment il "tombe amoureux de l'heroine (sinon c'est pas drole xd) Et la il va se demander si il doit suivre sa raison (en se méfiant de cette fille) ou ses sentiment ( en lui fesant confiance par ce qu'il l'aime) .

Bien sur tu laisse le doute planait presque tout le long (un coup oui, un coup non, en expliquant le pourquoi) Ce n'est qu'a la fin que tu répond réellement au fil conducteur.

Bref j’espère avoir put t'aider car ton histoire est vraiment sympa, un fois retravailler sa serra un vrai plaisir de la lire. Si un jour tu veut que je te montre comment faire je te corrigerait un chapitre.

Ah oui et dernier point, tes tournures de phrase, sa arrive pas souvent, mais parfois tu dit les chose un peu à l'envers, et tu fait beaucoup de répétition, je te conseille donc d'utiliser le dico des synonymes (mon meilleur amis) en plus en prime (oh la jolie répétition) sa te permet d'avoir plus de vocabulaire en stock. Ah et les fautes d’orthographe, il y en as pas mal, corrige un coup avec word (il ne fait pas tout mais rend toutefois le texte plus lisible. Tu peut aussi te relire (si tu ne le fait pas) à voix haute c'est bien sa permet de voir ce qui cloche.

Sinon bah vivement la suite ^^. en espérant ne pas t'avoir vexée.

Lx qui vous rend son compte rendu sans avoir corrigé ses propres fautes, quel déchéance.

_________________

Vient me rejoindre Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Jeu 6 Fév - 21:33

Lol, Merci beaucoup. Pour le truc des bri et tout en faite c pas leurs surnom, c pour moi quand je tape pour que ce soit plus rapide. Bref voila. En fait si tu veux tout savoir, je réécris une parties du livre que j'ai écris à la main, et c'est encore un brouillon. Pour les répétition, je vais les enlevées quand je ferai ma relecture du livre, idem pour la mal formation des phrases et les fautes d'orthographe. Pour les "formules magiques" ça a pas d'explication, sa fait un truc c'est tout :) Ensuite pour l'arrivée brutale de la magie et le fouillis, c'est un peu le but, tu comprendra mieux avec le chapitre 3 qui est un peu plus cours mais explique un peu mieux (enfin je crois ...) ... Et pour la description, tu sera servit, le chapitre 4 en est remplis ! (Sa m'éviteras d'avoir à décrire trop). Et je vais te révéler mon fil conducteur : Ma plume quand j'écris a la main et quand je tape, c'est mon cerveau ! Oui, je sais sa fait pas sérieux mais au fur et a mesure, j'ai des idée. Par exemple je peu te dire que la magie seras réellement introduite quand Mélia sera au courant de tout. En fait, dans le chapitre 5 ou 6 sa arrive :) Et je me suis pas rendues particulièrement compte que c'était brutal. Mais en fait j'ai du mal à faire introduire doucement la magie car dans mon brouillon main, c'est son père qui lui annonce d'un coup, et puis après .......... Je peu pas t'en dire plus, sinon sa gâcherai le suspens. En tout cas quand je serais fixée sur tout le livre, je le posterai enfin fini, avec de vrai chapitre bien construit et une assez bonne histoire (enfin j’espère). Donc en fait si j'ai rajouter ce chapitre, c'est pour qu'on puisse comprendre et savoir ce qui ce passe. Apres, si sa fait que vous embrouiller, je l’enlèverais :) mais pour le moment, je laisse, le temps de finir les derniers chapitre qui sont écris à la main (j'ai trop envie de faire la suite) et ensuite, je changerai tout ce qui est à changer :)

Donc tout ce roman pour dire que c'est qu'un brouillon est que je modifierai tout aprè, quand sa se concrétiseras :)

_________________
On ne peut lire entre les lignes que ce que l'on croit où veut. C'est donc à nous de décider ce qu'on lit entre les lignes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linxya
Admin Linxya ♪
avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 30

Personnage du RPG
PV:
480/500  (480/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Ven 7 Fév - 10:22

oki doki.

Pour le fil conducteur sa n'as rien a voir avec l'histoire en elle même, pour ton bouquin sa pourrait être. Peut on accepter facilement le surnaturel? Ou La magie est elle bénéfique.... bon aprés c'est pas obligé mais sa permet de creuser un point précis .

Le probléme avec tes nom c'est que tu l'est met comme ca et nous on se demande si t'as pas eu un probléme de clavier inverssé (sa arrive c'est chiant...) perso je pense que dire "tel mot" sert à faire "tel chose" serrait le bienvenue. La à part pour les pillule de teleportation ont comprend pas le reste ^^.

En tout cas vivement la suite et surtout la totale réécriture par ce qu'il a du potentiel ton roman ^^

_________________

Vient me rejoindre Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Sam 8 Fév - 12:25

Ok, merci beaucoup ^^ et t’inquiète, sa arrive disons dans quelques temps si j'ai envie! Niark niark niark ... Non, laisse tomber ... Je le met dans pas longtemps :)

_________________
On ne peut lire entre les lignes que ce que l'on croit où veut. C'est donc à nous de décider ce qu'on lit entre les lignes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Mar 14 Oct - 20:42

Alors voilà ... Chez moi pas longtemps sa veut dire ... longtemps apparemment ... Oui car en fait je vous annonce un changement total de l'histoire car j'avais un sérieux problème de personnage et de point de vue donc l'histoire est en gros la même, les personnages les-même mais certaines choses vont changer. Je vais pendant les vacances écrire un max pour vous poster les vrai de vrai relus et rerelus, le chapter one !
On y crois tous ... ^^"

_________________
On ne peut lire entre les lignes que ce que l'on croit où veut. C'est donc à nous de décider ce qu'on lit entre les lignes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linxya
Admin Linxya ♪
avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 30

Personnage du RPG
PV:
480/500  (480/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Mer 15 Oct - 7:15

oh une remise a zero, super vivement les vacances alors qu'on lise ca^^

_________________

Vient me rejoindre Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Mar 11 Nov - 20:31

Bon voilà j'avoue ne pas avoir réussi à le finir malgrès les vacances mais je vais finir ce week-end, j'ai déjà tout près, il ne me manque que le courage, en attendant :

Chapitre 1 (extrait)


Pour la troisième fois je vérifiais mon sac. J’étais excitée et inquiète à l’idée de ce qui allait se passer. Mon père vins chercher mon dernier carton et j’observais ses yeux gris-clair avec ses pattes d’oies au coin des yeux. Son sourire en coin creusait une fossette sur sa joue droite. Ses cheveux  noir était en bataille à cause du vent et  j’observais les quelques cheveux gris sur sa tempe. Il me fit un clin d’œil avant de prendre mon dernier carton. Il sortit de ma chambre et me fit signe de descendre en me conjurant de me dépêcher. J’acquiesçais et le regardait descendre les escaliers. Et tandis que je ramassais mes sacs et ma valise je me rappelais les évènements de la veille et ceux de la matinée :
     « Hier soir, mon père et moi avions dîné tôt comme à notre habitude. Nous nous étions installés près de la cheminée, éteinte à cause de la saison. J’avais étendu une couverture sur mes jambes étendues sur le sofa car j’avais froid à cause du temps pluvieux. Un peu plus tôt, après le repas, en nous préparant, j’étais montée chercher nos livres et j’en avais choisi un second pour moi. Pendant ce temps mon père nous avais fait deux thés fumants. Aux environs de huit heures nous étions tous deux confortablement installés en train de lire. Vers vingt-deux heures, mon père m’avait demandé de me coucher en me rappelant la rentrée qui aura lieu demain. J’étais montée me couchée lorsque pas la fenêtre de ma chambre j’avais aperçus une ombre. »
     Mon père m’appela. Je me relevais, soulevait ma valise et le rejoignais en dévalant les escaliers.


Voilà une petite partie de ce que j'ai fait, la suite arrive ce week-end ou dans le courant de la semaine prochaine.

_________________
On ne peut lire entre les lignes que ce que l'on croit où veut. C'est donc à nous de décider ce qu'on lit entre les lignes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Lun 17 Nov - 22:23

Alors je le trouve peut-être un peu cour mais je ne suis pas sûre alors j'attend votre verdicte :




Chapitre 1 :







Pour la troisième fois je vérifiais mon sac. J’étais excitée et inquiète à l’idée de ce qui allait se passer. Mon père vins chercher mon dernier carton et j’observais ses yeux gris-clair avec ses pattes d’oies au coin des yeux. Son sourire en coin creusait une fossette sur sa joue droite. Ses cheveux  noir était en bataille à cause du vent et  j’observais les quelques cheveux gris sur sa tempe. Il me fit un clin d’œil avant de prendre mon dernier carton. Il sortit de ma chambre et me fit signe de descendre en me conjurant de me dépêcher. J’acquiesçais et le regardait descendre les escaliers. Et tandis que je ramassais mes sacs et ma valise je me rappelais les évènements de la veille et ceux de la matinée :
     « Hier soir, mon père et moi avions dîné tôt comme à notre habitude. Nous nous étions installés près de la cheminée, éteinte à cause de la saison. J’avais étendu une couverture sur mes jambes étendues sur le sofa car j’avais froid à cause du temps pluvieux. Un peu plus tôt, après le repas, en nous préparant, j’étais montée chercher nos livres et j’en avais choisi un second pour moi. Pendant ce temps mon père nous avais fait deux thés fumants. Aux environs de huit heures nous étions tous deux confortablement installés en train de lire. Vers vingt-deux heures, mon père m’avait demandé de me coucher en me rappelant la rentrée qui aura lieu demain. J’étais montée me couchée lorsque pas la fenêtre de ma chambre j’avais aperçus une ombre. »
     Mon père m’appela. Je me relevais, soulevait ma valise et le rejoignais en dévalant les escaliers.
     « Mon père avait ouvert à la silhouette que j’avais aperçus et j’avais ouvert ma fenêtre pour écouter leurs conversation. J’avais entendus des bribes de leurs conversations :
-Marian comment vas-tu ?
-Je ... ... ... Ta fille Mélia ?

J’avais sursauté à l’entente de mon prénom.
-... Entre ...

Mon père avait fermé la porte sur cet échange et je m’été approchée de la porte pour l’ouvrir lorsqu’ils étaient montés silencieusement et c’était enfermés dans le bureau de mon père. Renonçant à savoir ce qu’ils se disaient je m’étais couchée indécise. Je mis du temps à trouver le sommeil mais je dormis plutôt bien.
     Ce matin, assez tôt mon père m’avait réveillé en me sommant de mettre mes affaires dans des cartons et nous avions choisis ensemble quoi emmener. Au bout d’un moment, je lui demandais pourquoi nous faisions tout cela et il me répondit :
-Tu le sauras bien trop tôt à mon gout.
Puis nous avions continué et j’avais fait des sandwichs et mon père avait fait les courses puis je l’avais aidé à tout charger. »
Sortant de ma rêverie je m’approchais du minibus que l’été dernier mon père et moi avions transformé. La porte de l’avant avais été démontée certaine vitres teintes d’autres couvertes de stores. Le minibus était blanc avec des cercles colorés et sur l’avant nos empreintes à tous les deux. Sur le côté gauche face à l’avant du bus, on peut constater qu’il n’y à plus de place passagers. J’entrais par la porte située au milieu du minibus.
A gauche se trouvait une colonne de 4 portes blanches ouvrant sur des casiers vides. Au-dessus et jusqu’au font du véhicule se trouvait un lit avec une barrière de protection en bois blanc. Les draps du lit étaient d’une couleur taupe tirant sur le violet. En dessous se trouvait un plan de travail et dans l’angle un évier. A côté de celui-ci se trouvait une plaque de cuisson et à quelques centimètres une toison protégeait les deux lits superposés identique à celui de gauche. Sous le plan de travail et de l’évier se trouvait des placards blancs eux aussi. Sous la plaque de cuisson était encastré un micro-ondes, au-dessus de ceux-ci se trouvait une petite fenêtre à bascule.  Sous le lit du dessous de droite se trouvait un tiroir ou je mi ma valise et aperçus deux autres valises. Derrière les lits en face de la porte et jusqu’au siège du conducteur se trouvait Trois banquette de cuir bleu-ciel. Et entre elle se trouvait une « table », en fait, celle-ci n’était qu’un panneau de verre bleu-ciel posé sur un cube de fer creux dans lequel nous avions mis nos cartons. Des encoches permettaient de fixer le panneau de verre. Je rangeai mon sac à dos dans le placard en haut de la colonne et donnait l’autre sas à mon père qui le rangea dans le coffre de toit. Je prenais ma trousse de toilette et entrais dans la salle de bain dont la porte était juste à côté de celle d’entrée mais un peu plus en avant.
     La salle de bain était très étroite et le passage jusqu’à la douche tout au fond à gauche n’était pas très aisé mais je l’aimais quand même. Juste à gauche lorsqu’on entrait se trouvait un WC et en face de la porte se trouvait un lavabo. La porte se rabattait sur un miroir qui descendait du plafond jusqu’au sol. A côté de celui-ci se trouvait un porte manteau. Je rangeai dans le placard, blanc comme les murs de tout le minibus, sous l’évier, ma trousse de toilette puis je ressortait et m’attachais sur la banquette colée de dos au siège du conducteur. Marian mon père y était déjà installé et lorsque j’étais attachée je lui redemandais :
-Ou allons-nous et pourquoi partir à deux jours de ma rentrée ?
-Nous allons dans un lycée pour les gens comme toi, aujourd’hui car il y a un jour et demis de route. Maintenant, laisse-moi, je vais conduire.

     Mon père s’enferma dans une concentration silencieuse sur la route et me laissa seule, avec ma pensée confuse et mon incompréhension de ce qu’il me racontait. Je m’endormis bercée par le roulis de la voiture.

Je me réveillais en sursaut en entendant des cris. Je me relevais difficilement. Chaque fois qu’elle criait de douleur, je souffrais aussi. Je sentais ses moindres émotions. Je sentais qu’il fallait que je la sauve mais je n’y arrivais pas. Elle criait, hurlait et moi je ne pouvais rien faire, que ramper entre ses cris. Je ne supportais pas de ne pouvoir rien faire de temps à autre, une créature immonde me sautait dessus et, d’un mouvement faible mais précis, je la tuais avec un coup de dague, dans le cœur, je devais sauver la fille. Je rampai dans la boue humide qui me collait et c’était de plus en plus difficile de me décoller. Je tentais une énième fois de me relever.  Lorsque j’y arrivais enfin, je découvris avec horreur qu’elle n’était pas loin mais menacée d’un poignard. Elle hurla de terreur. Je rassemblais un maximum de force et courait, marchait, péniblement, lentement et enfin à côté d’elle, elle cria une dernière fois, je me penchais et la découvrais chaque fois plus loin. Je faisais un pas elle s’éloignait. Lorsque la mais qui portait le poignard s’abaissa, le temps ralentit et je criai :
-NON !!!!!
-Mélia ça va ? Me questionna mon père qui venait de freiner brusquement.

Je réalisais que cela n’avait été qu’un cauchemar. Toujours aussi réel que les autres. Chaque fois je me faisait avoir et je croyais qu’il s’agissait de la réalité et je paniquait encore plus. Je sentais les dernières goutte d’adrénaline sortir de mon sang me laissant encore plus fatiguée. Mon père s’arrêta sur la bande d’arrêt d’urgence et s’approcha de moi. Il me trouva toute pantelante, pleine de sueur. Mon père me dévisagea et me demanda :
- Tu as fait un cauchemar ?
-Oui ...
Répondis-je d’une petite voix encore sous le choc de cet affreux cauchemar. Mon père me calma un peu et après avoir roulé encore un peu il me dit :
-Nous sommes arrivés à une aire d’autoroute et j’ai quelqu’un à te présenter, va prendre une douche avant qu’il n’arrive ...

Je m’exécutais laissant l’eau chaude qui se déversait en trombe sur mes épaules me détendre. Je me séchais le corps et les cheveux puis m’habillait. Je me coiffais et je sortis de la salle de bain totalement remise de mon cauchemar ou du moins sans trace apparente. Ce genre de rêve perturbait mes nuits de temps à autres depuis un an mais cela faisait plusieurs semaines que ces rêves hantaient toutes mes nuits mais je n’en avais pas parlé à mon père par peur de l’inquiéter pour rien. Je rangeai mes affaires proprement et préparait un petit repas spécial pour le fameux invité. Je mis la table et attendis les deux hommes. Mon père entra et s’étonna :
-Tu as déjà fait le repas ?

Un homme entra à sa suite et s’exclama :
-Ca sent très bon Mélia !

Mon père le fit entrer et nous présenta :

-Langue de feu voilà ma fille Mélia ... Mélia voici Langue de feu !

Son ton désapprobateur face au fameux Langue de feu se fit enjoué face à moi. Nous échangeâmes des courtoisies puis nous installâmes à table. Une fois le repas terminer les deux hommes se regardèrent puis m’annoncèrent :
-Nous devons te parler de quelque chose... Dit mon père prudemment.
-Plus précisément de ton Lycée ... Continua Langue de feu.
-Bah quoi mon Lycée ? Demandai-je inquiète par le silence qu’ils laissaient peser.
-Tu n’iras pas avec tes amies ... Tu es inscrite depuis ta naissances dans un autre Lycée ... Il est différents des autres tu verras ... m’expliqua mon père.
-Mais ...  pourquoi ? J’en restais sans voix.
-Tu verras, mais tu n’es pas comme les autres ... Et je veux avant toute chose que tu sache que ...

  Brusquement je me levais et partis en courants loin du minibus. Mon père se leva pour e rejoindre et m’appela mais Langue de feu le retins lui intimant de me laisser seule. Je m’effondrais derrière le bâtiment de l’air d’autoroute. Je pleurai quelques instants ne comprenant pas ce qu’il se passait. J’étais totalement sous le choc de ce qui allait se passer. Je ne reverrai jamais mes amies, en tout cas pas au lycée ... Et puis, je ne connaissais rien de ce lycée ... Je me relevais et marchait un peu dans les parties sombres de l’aire d’autoroute, disparaissant ainsi à la vue des quelques passants. Une pluie d’orage commença et je continuais de déambuler. Mes cheveux trempés dégoulinais et gouttait au sol, tout comme mes habits mon Jeans me collait aux jambes et mon T-shirt rose pastel dégouttait au sol. Je resserrais ma veste beige en tissus et continuait mes déambulations. Je ne sais comment, je me retrouvais devant le minibus. Mon père m’ouvrit et me regarda affolé tandis que je claquai légèrement des dents. Il me fit entrer et me donna une serviette. Je pris mon pyjama et je retournais à la douche. Heureusement il pleuvait et la cuve était pleine. Je sortais et me séchais les cheveux avec la serviette. Je mis mes vêtements à sécher dans la douche. Je me couchais, épuisée par cette soirée éprouvante, dans mon lit. En face mon père s’installa en bas et Langue de feu en haut, car mon père ne voulait pas le déranger en se levant.
  Je t’entai en vain de m’endormir, j’étais encore sous le choc de cette affreuse révélation. Je ne voulais pas ne plus revoir mes amies. Je finis par m’endormir.  Lorsque je me réveillais, mon père et Langue de feu préparaient le petit déjeuner. Je descendais de mon lit, les yeux encore bouffis de sommeil. Je m’approchait et leur dit d’une voix encore pleine de sommeil :

-Bonjour.
-Bonjour ! Me répondirent-ils en souriant.

Je m’asseyais à table et regardait le petit déjeuné anglais qu’ils avaient préparés. Je souriais de plaisir car c’était mon petit déjeuner préféré. Je pris des œufs au bacon avec du pain grillé que je tartinais de beurre puis je posais mes œufs dessus et recouvrai ma tartine d’une seconde formant ainsi un sandwich. Affamée, je croquais celui-ci à pleine dents. Je pris ensuite un croissant que mangeai avec ma tasse de thé à la menthe. Mon père m’observa puis m’annonça :

-Je dois t’expliquer pourquoi tu ne vas pas avec tes amies.

Je déglutis difficilement manquant de m’étouffer avec le reste de
croissant. Je bus une dernière gorgée de thé avant de répondre à
mon père :

-Mais ... Je ne veux pas ...
-Tu n’as pas vraiment le choix, Me répondis mon père sérieux, les cauchemars que tu fais probablement souvent vont commencer à perturber tes journées ...Et le seul moyens de t’en débarrasser est d’aller dans ce lycée.
-Comment sais-tu pour les cauchemars ? lui demandai-je.
-J’en ai fait avant d’aller dans le lycée dans lequel tu vas, c’est là que j’ai rencontré ta mère. Nous nous sommes mariés mais nous étions souvent séparés par notre travail. A ta naissance, nous avons été obligés de changer de travail car nous devions te protéger, tu à un destin différent du nôtre, c’est pour ça que tu a loupé une bonne partie des entrainements.
-Je ne comprends pas ... répondis-je hésitante.
-Tu n’a pas besoins de comprendre. intervins Langue de feu pour la première fois dans notre conversation.
-Je dirais juste une chose, il y aura des obstacles, il y aura des doutes, il y aura des erreurs, mais si tu travailles fort, il n'y aura aucune limite.
-Mais ...

  Je les regardais sans comprendre puis je débarrassais la table, mécontente, et fis la vaisselle. Je m’asseyais sur la banquette face à Langue de feu et m’attachai en même temps que lui. Mon père démarra et nous roulâmes en silence jusqu’au midi. Refusant de leur adresser la parole je laisse un lourd silence planer dans le minibus. Et tentant de retenir mes larmes causée par leur révélation je plonge mon regard dans le paysage triste et inintéressant, qui défile autour de nous. Trop rapidement à mon gout, ma vision s’embue à cause des larmes que je tente en vain de retenir. Je me cache derrière mes cheveux et étouffe mes sanglots. Le plus discrètement possible je sèche mes larmes du revers de la manche du long pull en laine gris que je porte. Je tente toujours de retenir mes larmes. Et je réussis à étouffer mes sanglots. J’entend soudainement :

-Mélia ...

Je sursaute car j’était plongée dans mes pensé et léve la tête
m’attendant à le voir en face de moi mais il est en fait à coté de moi. Je le regarde le plus furieusement possible et retourne dans mon paysage. Je sens Langue de Feu se relever et retourner s’assoir. La paysage morne et sans intérêt précis ainsi que le doux roulis de la voiture me calme. Lorsque la voiture s’arrête je me compose un visage furibond.

  Je redresse la tête pour les fusiller du regard me composant au même moment un visage plus qu’en colère. Seulement il se trouve que je suis seule dans le minibus. Je me lève doucement et d’un coup Langue de Feu surgissant de nul-par me saute dessus et me maintiens à terre, le choc sur le sol est moelleux et le bruit que l’on aurait du faire est inexistant. Il  me murmure doucement :

-Ne bouge pas il faut qu’on croit que ton père est seul.

Lorsque je tente d’ouvrir la bouche pour protester Langue de Feu à déjà posé sa main sur ma bouche. Il pose un doigt sur ses lèvres et nous tendons l’oreille tout deux pour tenter d’entendre le moindre bruit. Je tente de me calmer un maximum pour retrouver le sang froid qui peut m’être si utile dans ces moment-là. Les secondes  ralentissent et soudainement un choc contre la porte rompt le silence. La clanche tourne lentement. Langue de Feu réagit immédiatement. Il me soulève et nous  cache dans le tiroir des valises. J’ai vaguement l’idée de me demander où son celle-ci mais cela n’à aucune importance.
 Ce qui en à par contre ce sont les pas qui se rapproche lentement de nous, s’arrête prêts du tiroir. Un tiroir s’ouvre, puis se referme. Le temps s’étire et les secondes se transforment en minutes. Les bras de Langue de Feu se resserrent autour de moi à un point qu’ils viennent gêner ma respiration. Autour de nous tout est noir, rien d’intéressant. La personne de l’autre côté du tiroir fait un pas, tous nos sens sont en alerte et nous sommes tous les deux tendus. J’entends le bruit d’une porte qui s’ouvre et se referme, probablement celle d’un placard de la cuisine mal huilé. Nous sommes tous deux prêts à réagir immédiatement. Un second tiroir s’ouvre. Puis se referme. Une porte de placard claque et je sursaute mentalement. Les pas se rapprochent. Je sens la présence des personnes devant le tiroir. On les entend enlever les draps du lit juste au-dessus de nous et soulever le matelas. Heureusement pour nous le matelas est posé sur une planche de bois qui nous cache de ce fait des personnes. Un pied heurte violement le tiroir et nous entendons des jurons lointain. Puis j’entends enfin les pas s’éloigner, nous sommes sauvés pour l’instant.
Je reprends ma respiration en me rendant compte que je l’avais retenue pendant tout le temps où nous étions proche d’être découvert. Lorsque la porte du minibus s’ouvre et se ferme, Langue de feu me relâche totalement. Je n’entends plus le respiration calme et lente de l’ami de mon père. Je tâte dans le noir et me rend compte qu’il n’est plus là. Puis j’entends ses cris de douleur :

« Mélia ! »

Je tente de sortir et panique en me rendant compte que je ne le peux pas, une vague d’angoisse m’envahit.

« Mélia ! hurle-t-elle dans sa souffrance »

Je me bat contre le tiroir, tape, griffe la paroi de bois. Celle-ci ne bouge pas d’un millimètre. Je sens un liquide froid se déverser dans le tiroir qui se redresse subitement et devient hermétique, la seule chose qui me permet de respirer est la grille située au-dessus de moi, je me redresse et tente de la rejoindre mais elle est trop loin. L’eau augmente vite je perçois sa montée grâce à la lumière vacillante au-dessus de la grille.

  Je l’entends crier mon nom la voix pleine d’angoisse mais je me rends conte que j’en suis incapable car à chaque fois que j’ouvre la bouche, de l’eau tombe en trombe depuis la grille. L’eau atteint rapidement ma taille. Puis me soulève. Puis m’écrase contre la grille. L’eau passe au-dessus de mon visage. Puis j’attrape la grille à deux mains. Je tente de respirer mais j’avale de l’eau que je tente de recracher en toussant mais à la place j’avale encore plus d’eau. Lentement je coule m’étouffant ainsi. Puis je heurte le sol mollement perdant connaissance. En entendant la voix de celle que je voulais tant protéger hurler de souffrance et de terreur.

_________________
On ne peut lire entre les lignes que ce que l'on croit où veut. C'est donc à nous de décider ce qu'on lit entre les lignes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Lun 8 Déc - 21:44

J'attend votre avis ^^

_________________
On ne peut lire entre les lignes que ce que l'on croit où veut. C'est donc à nous de décider ce qu'on lit entre les lignes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linxya
Admin Linxya ♪
avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 30

Personnage du RPG
PV:
480/500  (480/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Lun 15 Déc - 14:53

desolé j'ai mis le temps avant de commenter, mais je ne suis pas dessus, déja le texte est plus aérer même si quelques repetition vienne perturber la lecture, tu as mis des description ce qui est agréable car on imagine mieux les lieux, bien que celle de la camionette ne soit pas logique, je m'explique

tu as bien décrit tout les lieux mais par moment tu saute d'un endroit à l'autre pour y revenir enssuite, par moment ce n'est pas genant mais la pour le coup on a du mal à se reperer, tu devrai dessiner ton camion (même en faisaint un shéma avec des rond et des carré hein) puis suivre une ligne qui ferrait le tour en decrivant ce qu'il y as en dessous et au dessus de ta ligne avant de passer à côté.

le depart n'est pas mal du tout car on rentre directement dans la partie "mystére" sauf qu'il faudrait assez rapidement decrire ton personnage principal, (par ce qu'elle se fixe dans une glace par exemple, ou en revenant dans les souvenir de sa journée d'hier).

J'aime assez d'ailleur le retour vers le passé mais j'aurait plus vu ca différament (ce qui n'est que ma propre facons de faire une parabole) j'aurait debuter le recit dans le placard du camion en decrivant la scene dans le noir (stress imcomprehension puis question "comment me suis je retrouvé la? Tout à comméncé hier alors que j'était...."

mais bon comme tu l'as fait va bien aussi. Par contre comme tu as choisi un recit à la premiére personne je te consseillerait de rentrer un peu plus dans l'ésprit de ton personnage, d'informer plus le lecteur des reactions mentale ou physique par rapport à ce qu'elle voit ou entend) Par exemple quand son pére lui annonce qu'elle n'ira pas dans son lycée avec ses amis la reaction de mélia manque de profondeur, je m'explique.

- Elle est abasourdi et son esprit embrumé n'arrive pas à prononcer un seul mot alors que son esprit hurle non (ou autre hien ^^)
-Elle est décus mais comme une gentille fille écoute son pére même si elle pense le contraire (ce qui n'empeche pas de poser des questions)
-Elle veut se rebeller (au moins par la parole) et son pére met fin à la discution (et la encore tu as le choix de meler les point ci dessus)

Bref en gros des details psychique qui aide à entrapercevoir le caractére de mélia, là on ne sais pas vraiment si c'est une fille timide, obéissante, renfermé.... attention on est pas obliger de tout savoir des le depart mais il faut quand même une base. (sachant qu'au fil de l'histoire la mentalité peut évoluer )

Mais sinon vivement la suite et si tu veut des exemple de comment reformuler certain passage, comment plus décrire quoi que se soit je me ferrait un plaisir de te le faire ^^ mais sinon je me repete ton texte est bien plus construit et propre (dans le sens ou ca ne par pas dans tout les sens) que celui de base, du coup oui il est plus court mais plus agréable.

en esperant que tu ne prenne pas mal mes critiques, par ce que franchement j'aime beaucoup l'idée et que c'est pas le but de vexé ou décourager, au contraire (j'aurai bien besoin également de critique constructive sur mes écrit)

_________________

Vient me rejoindre Invité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucielopes
Padawan
Padawan
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 03/06/2013
Age : 18
Humeur : Détendue (en fait non ^^ j'angoisse pour la rentrée ^^)

Personnage du RPG
PV:
500/500  (500/500)
Points de Combat:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   Dim 11 Jan - 14:52

alors tout d'abord merci pour ta réponse, je suis désolé d'avoir mis du temps à répondre c'est que en fait j'ai eu un problème de mémoire ... J'ai oublier de regarder ... :/ Enfin bref, j'aime beaucoup tes critique par ce que tu mets le doigt sur ce qui est un défaut, Mélia n'a ny description ni mentalité ... Pour le chapitre suivant elle à des sentiments mais pour celui-là c'est vrai que je n'ai pas très approfondis certain passage ... Je pense que je vais reprendre ce chapitre la ou je pense pouvoir faire des modification et après je te montrerait. Si tu veux que je regarde tes écris dit le moi, il est toujours plus simple de voir les défauts des autres que les siens ^^ Je m’explique (car il ne faut pas le prendre mal) il est plus simple de voir les erreurs d'un texte qu'on découvre qu'un texte qui sors de notre imagination par ce qu'on se comprend ^^ Enfin bref merci beaucoup pour ta critique, je vois bien qu'il y a une évolution entre la 1ere et la 2eme version ^^ Ce qui me conforte dans l'idée que c'est toujours mieux de reprendre à zéro que de modifier ^^ Mais bon, je te remercie et si tu veux que je critique tes écrits dit le moi, par contre il faudrait juste me dire où c'est car la je ne sais vraiment pas ^^.

Bon et bien je termine ce pavé de remerciement par encore un merci et une promesse de revoir ce qui ne va pas dès que je peux.

_________________
On ne peut lire entre les lignes que ce que l'on croit où veut. C'est donc à nous de décider ce qu'on lit entre les lignes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le jardin magique (ne vous moquez pas s'il vous plaits
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OKC Jardin Magique (CLOS)
» Mon jardin magique
» Le jardin magique...+ maj 1/12/12
» [VULLI] les Vulli de Vulli_17
» [Morton, Kate] Le jardin des secrets

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf's Rain RPG :: Pause (hors RPG) :: Le côté des Artistes :: Romans-
Sauter vers: